Maltraitance: qui alerter?

Notre expert
Maltraitance: qui alerter?

Ce sont en premier lieu les autorités, qui sont:

  • L’Office régional de protection de la Jeunesse, ou
  • Le Juge de Paix de votre district, ou
  • La Police cantonale (ou municipale), ou
  • beaucoup plus rarement le Tribunal civil ou le Tribunal pénal.
  • Le Centre Lavi de votre canton

Attention!

Dès le 1er janvier 2019, tous les professionnels en contact régulier avec des enfants, dans les domaines de la garde, de l'éducation, de la religion ou du sport, auront l'obligation de signaler les maltraitances ou soupçons,  si des indices concrets montrent qu'un enfant est menacé.
Une révision du code civil est en cours pour mieux protéger les enfants contre les abus en unifiant la pratique au niveau national.
Les cantons pourront toutefois prévoir d'autres dispositions. Certains cantons prévoient déjà des obligations plus étendues et ne devraient pas être obligés de revenir à une réglementation moins stricte.


Exceptions

Aujourd'hui, seules les personnes exerçant une fonction officielle, comme les enseignants ou les travailleurs sociaux, sont tenues d'annoncer les cas suspects. L'obligation aura été respectée lorsqu'un professionnel aura transmis l'information à son supérieur direct.
Certaines personnes pourront être exemptées de l'obligation de dénoncer, notamment celles qui évoluent avec des enfants dans le domaine des loisirs - tels les entraîneurs bénévoles. Des exceptions sont aussi prévues pour les personnes soumises au secret professionnel, comme les médecins, les ecclésiastiques ou les avocats.
Ces derniers ne seront pas obligés de divulguer des faits qui leur ont été confiés, même s'ils sont déliés du secret professionnel. Les personnes soumises au secret professionnel pourront de toute façon aviser des cas dont elles ont connaissance. Il n'y aura pas d'obligation, afin de maintenir la relation de confiance avec la victime.

En outre, toute personne pourra signaler un cas de maltraitance si l'intégrité physique, psychique ou sexuelle d'un enfant semble menacée. Les obstacles sont ainsi moins grands que pour l'obligation de signalement. 

      

Commentaires





Karilou1961
22.06.2020 03:54

Ma soeur aînée de 61 ans me maltraite me persécute et est toxique pour moi elle arrête pas de jeter mes affaires dexse ficher de moi et dd prendre mon espace vitai que puis je faire
...
cyberbob
20.11.2019 14:38

je suis très inquiet pour mon fils, car depuis 2 mois la mère de mon fils a kidnappé mon fils en le prenant en otage et avant qu'elle l'enlève elle lui montrait des cartoons sur des écrans à l'âge de 14 mois !!! or j'ai beaucoup lu qu'on mettant un écran en face d'un enfant en bas âge perturbait le développement psychomoteur. Je souhaiterai savoir si c'est une sorte de maltraitance psychique que sa mère lui fait subir ?
...
Neko
26.09.2019 21:45

Je me pose une question, il y a un enfant dans mon voisinage qui pleure très souvent la nuit, depuis 2 ans. En temps normal j'aurai pensé a un enfant malade mais j'ai surpris ce soir sa mère lui parler en ces termes: "Tu va la fermer maintenant, tu nous casse les couilles a longueur d'année putain!".
Je ne sais pas si il y a abus mais cet enfant a toujours l'air assez réservé quand on le croise et je doit dire que cette situation m'inquiète, une idée de que faire?
...
Partager:
Nos adresses préférées

> Berne

Amnesty International

Organisation non-gouvernementale internationale et mouvement mondial de défense des droits humains comptant plus de 7 millions de membres et de personnes actives dans tous les continents.

> Lausanne

Brigade des Moeurs, 021 315 15 15

La brigade des Mœurs s'occupe de ce qui touche à l'intégrité physique et sexuelle.

Horaires: 24h/24 pour les victimes de moeurs.
Urgences par tél. 117

Les inspecteurs-trices spécialisé-e-s de la brigade des Mœurs traitent des infractions en relation avec:

- l'intégrité sexuelle (viol, contrainte sexuelle, pédophilie, exhibitionnisme, pornographie, etc.);
- la maltraitance sur les mineurs (violences physiques et psychologiques);
- les cas graves de violence domestique (lésions corporelles graves, tentative d'homicide, notion d'abus sexuel au sein du couple, etc.);
- la prostitution (prostituées clandestines, contrôles de salons de massages, traite d'êtres humains, etc.).

Exclusivement de la compétence de la ville de Lausanne

> Zurich

KESCHA

Nouveau centre d’écoute pour les personnes concernées par la protection de l’enfant et de l’adulte

> Suisse romande

Ligne d'aide et d'écoute des enfants, des jeunes et des parents - 147

La ligne d'aide 147 de pro juventute dispense des conseils gratuits aux enfants et aux jeunes qui se trouvent en situation difficile. Par téléphone ou par SMS le n° 147 fonctionne 24h/24 et 7j/7 dans toute la Suisse, dans les 3 langues nationales. Confidentialité et gratuité garantie.

Un partenariat entre Projuventute et des permanences qualifiées.

A lire
Nos partenaires