Notre expert
Vous avez besoin d’un temps de répit et de réflexion à l’écart de la violence

Besoin d'un temps de répit et de réflexionVous avez besoin d’un temps de répit et de réflexion à l’écart de la violence
ou vous avez déjà décidé d’engager une procédure de séparation ou de divorce.

        • Sachez que…
          -
          …vous avez le droit de quitter le domicile conjugal en cas de violence contre vous ou vos enfants (art. 175 du Code civil). Il n’est pas nécessaire de signaler votre départ au poste de police ni de demander l’autorisation du juge.
          - Vous n’êtes pas non plus obligée de décider tout de suite si vous voulez reprendre la vie commune ou engager une procédure de séparation ou de divorce.
           
  • Où aller ?
    Vous pouvez trouver refuge chez des parent-e-s, des ami-e-s, au Centre d’accueil MalleyPrairie ou ailleurs, à votre convenance.

    Si vous en avez les moyens, vous pouvez également vous réfugier à l’hôtel.
    Si vous ne savez pas où aller, contactez le Centre de consultation LAVI qui vous aidera à trouver un hébergement, même si vous n’avez pas d’argent ou de permis de séjour.
     
  • Si vous avez des enfants…
    …tant qu’une décision judiciaire concernant le droit de garde des enfants n’a pas été rendue, le père a sur eux les mêmes droits que vous.
    Vous pouvez néanmoins emmener vos enfants avec vous, c’est un acte de protection, même s’ils ne sont pas directement victimes de violences.
    Les laisser au domicile pourrait être interprété en votre défaveur. Dans certaines situations, il pourrait être difficile de les récupérer.
    En cas de désaccord au sujet de la garde, il est conseillé de s’adresser le plus rapidement possible à la justice.
     
  • Un départ prévu et préparé réduira les difficultés:
    Si vous le pouvez, pensez à emporter :
    -
    vos affaires personnelles,
    -
    les affaires de vos enfants (vêtements de rechange, jouets préférés, cahiers  et livres d’école, etc.),
    - de l’argent et vos valeurs personnelles,
    - les médicaments indispensables, surtout si vous ou l’un de vos enfants êtes en traitement.
      

    Emportez le maximum de documents vous concernant :
    - 
    pièces d’identité pour vous et vos enfants, livret de famille,
    - permis de séjour,
    - carte AVS,
    -
    carte bancaire, carnet de chèques, carnet d’épargne,
    - certificats de travail et fiches de salaire,
    - certificats d’assurance,
    - constats médicaux attestant les violences subies,
    - tout document utile pour établir la situation financière du couple (extraits de comptes bancaires, documents attestant des charges
      régulières, reconnaissance de dette, documents relatifs à des acquisitions immobilières, etc.).
       
  •  Si vous voulez engager une procédure de séparation, deux possibilités s’offrent à vous :

    1. les mesures protectrices de l’union conjugale,

    2. le divorce.
      

Dans tous les cas, il est vivement conseillé de se faire assister d’un-e avocat-e.
Sous certaines conditions de ressources, les frais d’avocat-e et de justice peuvent être avancés par l’Etat.
  

Vous êtes étrangère: Le renouvellement de votre permis B d’épouse est mis en danger par une séparation ou un divorce.
Dans le cas où vous avez un ou des enfants détenteurs de la nationalité suisse, vous disposez de meilleures chances de pouvoir rester en Suisse. C’est toutefois votre situation dans son ensemble qui sera prise en compte : un emploi, une indépendance financière, une bonne intégration constitueront des atouts.
Renseignez-vous sur ce point auprès du SAJE si votre permis de séjour dépend de la loi sur l’asile, ou auprès de la Fraternité si votre permis dépend de la loi sur le séjour et l’établissement des étrangers - Voir liste d'adresses .
Vous pouvez également vous adresser à un-e avocat-e ou à une permanence juridique.

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires