Notre expert

La Fécondation In Vitro (FIV) Et le Transfert d'Embryons (FIVETE)

Elle est envisagée entre autre en cas de pathologie tubaire et d'endométriose sévère avec échec de prise en charge chirurgicale, de troubles ovulatoires résistants aux traitements classiques, d'infertilités masculines sévères, d'échecs répétés d'IAH.
La FIVETE n'est pas prise en charge par les assurances.

Avant de débuter les traitements, le couple doit passer par différentes étapes

  • Investigations complètes d'infertilité
  • Signatures des consentements éclairés, counselling
  • Mise en place du protocole de stimulation ovarienne
      

La phase de traitement à proprement parler comporte

    • Stimulation ovarienne
    • Ponction ovocytaire (bloc opératoire sous anesthésie générale ou sédation) et prélèvement des spermatozoïdes
    • Fécondation in vitro au laboratoire
    • Transfert d'embryons (48 à 72 heures après la ponction, au maximum 3 embryons)
    • Congélation des zygotes (pré-embryons) surnuméraires
    • Soutien de la nidation par de la progestérone
    • Test de grossesse
    • Suivi de grossesse et / ou discussion des résultats
  • Au laboratoire, les ovules récoltés lors de la ponction (en moyenne entre 8 et 10) sont mis en contact avec les spermatozoïdes préparés.
  • Le lendemain de la ponction on observe le taux de fécondation des ovocytes (en moyenne 60-70%) en comptant le nombre de zygotes obtenus.
  • On laisse seulement se développer in vitro le nombre d'embryons prévus pour le transfert embryonnaire qui se fait 48 à 72 heures après la ponction (embryons au stade de 2 à 8 cellules). La loi suisse permet le transfert au maximum de 3 embryons.

Les zygotes surnuméraires (c'est à dire en supplément des 2 ou 3 zygotes laissés se développer jusqu'au stade d'embryons):
Ils sont congelés selon un protocole précis, assisté par ordinateur, dans des paillettes identifiées de manière multiple, et conservées à une température de - 196°C dans des cuves d'azote liquide.
Les zygotes peuvent rester congelés au maximum pendant 5 ans et sont la propriété du couple.

Les 2 ou 3 embryons à replacer sont introduits dans un cathéter pour le transfert intra-utérin, geste similaire à celui de l'insémination artificielle avec sperme du conjoint ou insémination artificielle homologue (IAH) mais plus délicat dans son exécution.

La nidation doit être soutenue par l'adjonction d'une hormone naturelle sécrétée en temps normal par l'ovaire et le placenta: la progestérone. Le test de grossesse se pratique 15 jours après la ponction et est répété 48 heures plus tard en cas de positivité pour s'assurer de l'évolutivité de la grossesse.

On s'attend à un taux de succès de 25 à 30 % taux de succès modulé par différents facteurs mais surtout l'âge de la patiente.

Commentaires





Sinzarella
28.10.2014 17:41

Je suis d'accord ce n'est pas normal que ça ne soi pas soutenu par nos assurances en Suisse alors que nos voisins Français on 5 essais remboursés.
Moi qui en plein dedans ma situation est vecu parfois comme une punition divine et le fait que nous ne puissions pas être soutenus financierement est une double punition.

Sinzarella
...
Bigsmile
23.10.2014 16:16

TOTALEMENT D'ACCORD !!!!

Ce n'est pas normal que ce genre de traitement ne soit pas remboursé par les assurances maladies.....
...
Nain
01.10.2014 16:33

Comment se fait-il que l'insémination soit remboursée en partie par les assurances alors que la FIV non?
Je trouve cela incroyable qu'on soit pas soutenue financièrement par les assurances maladies !!!!
...
Partager:
Autres adresses
A lire
Nos partenaires