Notre expert
Vive(z) les langues en séjour linguistique en Suisse ou à l'étranger!

>> Recherche Rapide: choix d'un séjour linguistique par date ou/et par activité

A l’approche de l’été, après cette longue pause sanitaire, l’effervescence gagne les écoles de langues et les structures proposant des séjours linguistiques. Tous proposent des séjours linguistiques en Suisse ou à l'étranger, répondant à la fois aux exigences des parents et aux envies d’activités en tous genres des jeunes.

 

Les bonnes raisons pour apprendre les langues ne manquent pas : devenir un citoyen du monde, préparer son avenir professionnel… Il n’empêche que les jeunes doivent être motivés pour y consacrer une partie de leurs congés scolaires.

« Ça reste des vacances, c’est pourquoi nous intégrons l’aspect ludique dans notre méthode d’apprentissage, remarque Carole Levy, directrice des programmes jeunes et ados chez EF Education First, à Lausanne. Dans la journée, nous associons de nombreuses activités à la partie académique. »

Pendant cette période, il est important pour les organisateurs de créer une ambiance différente de celle que connaissent les jeunes durant toute l’année.

« Les professeurs leur font faire des projets culturels, indique Anh-Tan Thai, directeur du Summer Camp, à l’école Lémania de Lausanne. Jouer une pièce de théâtre en anglais, faire un exposé sur la maison Chanel en français, ça les intéresse beaucoup plus que des leçons de grammaire. »

Quelle que soit la langue, anglais, allemand, français, l’apprentissage est plus stimulant quand on prend du plaisir. Généralement, les cours ont lieu le matin et l’après-midi est consacré aux activités. Au contact d’autres étudiants de différentes cultures, de différentes nationalités, un séjour de quelques semaines améliore la maîtrise de la langue et fait mûrir sur le plan individuel.

 

May I have your attention, please ?

Les Romands ne maîtrisent pas aussi bien l’anglais que les Alémaniques. C’est ce qui ressort de l’étude English Proficiency Index publiée par le groupe EF Education First. L’enquête montre également qu’un meilleur niveau en anglais équivaut à une rémunération plus élevée. Ce constat est à l’esprit des parents quand ils inscrivent leur enfant à un séjour linguistique.

« Le but est de progresser, d’attaquer la rentrée avec un meilleur niveau, confie M.Thai de Lémania School. Les parents veulent aussi que leurs enfants tissent un réseau d’amis internationaux. »

Pour mesurer la progression et l’efficacité de leurs cours, les organismes organisent des tests au début et à la fin du séjour, délivrent des diplômes. Réunis par groupe de niveau, les jeunes sont plongés dans un quotidien propice aux échanges.

Immergés dans une autre langue, dans une autre culture, les jeunes sont en état d’urgence pour communiquer. Ils sont obligés de comprendre, de parler, et par conséquent, ils apprennent beaucoup plus vite! D'où l'efficacité des séjours linguistiques.

 

Partir en séjour linguistique, c’est mûrir un peu

A l’étranger ou en Suisse, les centres de langues proposent une sélection variée d’activités. « Italiens, chinois canadiens, anglais viennent pour la qualité made in Suisse, se félicite M.Than. Des professeurs aux activités sur la Riviera en passant par une nourriture saine, nous nous efforçons à créer un environnement haut de gamme. »

Selon son âge et ses goûts, la destination d’un séjour peut varier d’un enfant à l’autre. Pour un jeune de treize ou quinze ans, on peut préférer au gigantisme de Londres, une ville plus petite à la mer ou à la campagne, là où il pourra prendre les transports en commun tout seul. Il ne devra pas être trop timide s’il est au sein d’une famille d’accueil où on y partage le quotidien et les conversations. L’envie de pratiquer son sport favori, de visiter des musées, peut aussi influencer son choix.

Toutes les formules proposées gardent heureusement une part d’inconnu et un parfum d’aventure. En dehors de l’expérience linguistique et culturelle, le jeune gagne en indépendance, en confiance en lui et en maturité.
Il a ce sentiment d’avoir été loin tout seul, d’avoir dû se débrouiller et d'y être arrivé !

Cette expérience personnelle est très bénéfique pour l’estime de soi et la confiance du jeune. S’il doit tenir compte de ses désirs, de ses préférences, l’enfant ou l’ado doit aussi s’ouvrir, être curieux d’autres habitudes, d’autres traditions que les siennes.

François Jeand’Heur

Commentaires





Partager:
Autres adresses
A lire
Nos partenaires