Notre expert

Hélicoptère, membranes et poils crochus
(Tiré du cahier No. 6: "Promenons-nous dans les bois...")

 

Le meilleur moment: fin août à fin octobre


Durée: env. 2 heures
Taille du groupe: 2 – 20 personnes
Age: Enfants dès 6 ans, adolescents, adultes
Matériel: Panier pour la récolte, éventuellement linge pour l’étaler

 

A quoi reconnaissez-vous l’automne? Une légère brume un beau matin? Les premiers soupçons de jaune dans la forêt voisine? N’oublions pas que les couleurs automnales, ce sont aussi celles des petits fruits sauvages! Ces fruits qui disent: "je veux pousser ailleurs". Or même si ces fruits sont souvent inaptes au voyage (par exemple les cônes de l’épicéa), les graines qu’ils contiennent se déplacent parfois fort loin, assurant ainsi la survie de l’espèce!

 

Quels sont donc les "trucs" utilisés par les plantes pour se déplacer?

- Tous comme nos lointains ancêtres chasseurs et cueilleurs, nous partons par petits groupes (2-4 personnes) à la recherche de toutes sortes de baies et fruits des bois.
- Nous les regardons de près et essayons de deviner comment les graines peuvent bien être emmenées au loin pour germer.
- Ensuite nous regroupons les fruits selon leurs points communs, par exemple la couleur, la forme, le poids, la consistance.
- Après la récolte et le regroupement, nous pouvons vérifier nos hypothèses.

  

Stratégies de déplacement des baies, des cônes, des fruits à crampons et des graines " oléagineuses":

  • Les baies brillantes rouges, noires, bleu noir (cerisiers ou sorbiers) se signalent bien aux oiseaux et pendent comme des provocations! Puisque seule la chair des baies est digérée par l’intestin animal, la graine continue le chemin vers l’extérieur et ...pfloc! Un nouveau terrain peut être colonisé.
     
  • Les cônes murs des épicéas, des pins, des mélèzes s’ouvrent par temps sec. Leurs graines sont bordées d’une fine membrane et se laissent emporter telles des hélices par le vent. Et qui ne connaît les "hélicoptères", fruits ailés des érables?
      
  • Les poils crochus qui hérissent le fruit de l’aspérule odorante, de la mercuriale et d’autres plantes basses s’accrochent avec leurs minuscules crochets dans la fourrure des animaux de passage ou à nos chaussettes et pantalons.
      
  • Les graines "oléagineuses"(glands, noix, noisettes, faînes) sont lourdes. Tombées sur le sol, elles sont emportées par des animaux forestiers. Ils les mangent tout de suite ou les cachent en pensant à l’hiver! Et lorsqu’ils oublient leur garde-manger ou ne le retrouvent plus, les graines peuvent germer au printemps!
Partager:
A lire
Nos partenaires