Notre expert
Sports et motivation

Le «plaisir»: c'est LA principale raison qui motive l'enfant à faire du sport
L’absence de plaisir: la raison principale pour laquelle il abandonne le sport
 

Qu'est-ce qui motive un enfant à faire un sport? A le continuer, persévérer ou au contraire à abandonner? Le plaisir!

En règle générale, l'enfant est motivé par le plaisir... Il veut se sentir désiré, valorisé et cherche à s’amuser. L'enfant que l’on relègue soudainement au banc ou que l’on retire de l’alignement pour que l’équipe puisse gagner se sent incompétent et rejeté: s'il n'a pas l'occasion de s'amuser, de jouer, le sport ne lui procure aucun plaisir. Il préfère jouer pour une équipe perdante que d’être assis sur le banc d’une équipe gagnante.

L'enfant qui ne s'amuse pas perd rapidement tout intérêt pour le sport. Ce qu'il veut c'est:

  • s’amuser,
  • améliorer sa technique,
  • appartenir à un groupe,
  • réussir,
  • obtenir de la reconnaissance,
  • se mettre en forme et faire quelque chose d’excitant!

En revanche, il abandonne le sport:

  • par ennui,
  • par manque de succès,
  • à cause des pressions (compétitions, entraînements trop intensifs...),
  • d’un manque d’intérêt de son entourage,
  • du départ de ses amis ou parce qu’il ne s’amuse plus.

Importance de la diversification des sports pour enfant et jeune:

Il est important que le sport ne représente qu’un des éléments d’une vie équilibrée. L'enfant qui passe vingt heures par semaine dans une ou plusieurs activités sportives n’a pas le temps de prendre des cours de musique, de jouer avec ses amis ou de participer à des événements culturels. Or, un enfant a besoin de temps pour jouer. Une surcharge d'activités organisées est néfaste: jouer au ballon ou à la cachette sont des activités tout aussi saines.

A ses parents à lui apprendre jeune que le sport n’est qu’une des composantes d’une vie active et équilibrée. L'enfant doit pouvoir vivre toutes sortes d’expériences sportives: l'enfant qui pratique plusieurs sports développe des aptitudes pour la course, les sauts, les lancers, les coups de pied, les élans ... bref, développe des aptitudes pour toutes les formes de mouvement. Il acquiert ainsi des habiletés de base qui l'aideront toute sa vie. Une spécialisation sportive trop précoce peut le priver d’occasions d’apprentissage.

Les parents devraient décourager la spécialisation dans un sport avant l’adolescence. Et, lors de l'adolescence, s'il possède un talent et des aptitudes pour un sport et qu’il l'aime particulièrement, il pourra alors augmenter le temps qu’il y consacre. 

De plus, aux parents de chercher à l'intéresser à des activités qu’il pourra pratiquer toute sa vie: un peu de foot, de gymnastique, mais aussi de natation, de ski, de vélo...:  cette diversification réduit la pression et apprend à l'enfant que la participation est l’essence même du sport. Profitez-en, les enfants ont soif d'apprendre!    

Doit-on laisser un enfant abandonner le sport qu'il pratique? Le jeune enfant doit être encouragés à s’initier à plusieurs sports. Abandonner un sport peut parfois s’avérer une décision raisonnable, s'il y a perdu tout intérêt ou si ça ne l'amuse plus. Dans ce cas, persévérer dans la pratique de ce sport pourrait devenir une expérience négative. Les enfants sont souvent les premiers à savoir qu’un sport ne convient pas à leurs aptitudes ou ne répond pas à leurs intérêts. Il est utile de chercher à connaître la raison pour laquelle l’enfant veut abandonner.

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires