Harcèlement scolaire - Harcèlement à l'école

Partager:

Harcèlement scolaire - Harcèlement à l'école

Notre expert

Anne Jeger - Psychologue clinicienne

Question psychologique en ligne ► Anne Jeger, Notre partenaire psychologue clinicienne, répond répond gracieusement à toutes les questions que vous vous posez concernant vos problèmes personnels et familiaux :
Ecrivez-lui ici: jegeranne@hotmail.com ou au 076 373 98 26

Un article écrit par Anne Jeger, psychologue clinicienne.

Elle reçoit des enfants, des adolescents et des adultes confrontés à des ruptures de lien (décès, maladie grave d'un proche, séparation, etc...), des difficultés familiales, scolaires ou professionnelles, des problèmes relationnels ou des questions existentielles. 

    

SI TU ES VICTIME DE HARCELEMENT : PARLE

SI TU ES TEMOIN DE HARCELEMENT : PARLE

SI TU HARCELES UN AUTRE ENFANT ET/OU SI TU ES INFLUENCE : PARLE


Le harcèlement scolaire
englobe tout un ensemble de brimades infligées par un ou plusieurs individus sur un autre enfant souvent seul: moqueries, insultes, rejets, isolements, humiliations, rumeurs, chantages, contraintes, menaces, coups. Le harcèlement scolaire est un problème de société grave qu’il ne faut en aucun cas banaliser.

Les enfants «harceleurs» passent à l’acte pour diverses raisons:

  • par jalousie parce qu’ils convoitent chez l’autre ce qu’ils n’ont pas;
  • par méchanceté parce que souvent ils reproduisent ce qu’ils vivent ou ont vécu eux-mêmes (à l’école ou à la maison) et «évacuent» leur souffrance sur la victime;
  • par vengeance suite à une vexation;
  • par manque d’estime de soi: en rabaissant l’autre ou en se moquant, ils ont l’illusion de se valoriser et de gagner de l’importance aux yeux des autres. 
    etc...

Ces pratiques touchent davantage les enfants particulièrement timides, peu sûrs d’eux et influençables et aussi ceux qui sont vulnérables (troubles des apprentissages, surdité, handicap léger ou lourd). Les boucs émissaires agressés sont également ceux qui sont enviés et jalousés (milieu social, réussite scolaire, personnalité «solaire»). Les enfants qui ont assis une bonne estime d’eux-mêmes et des autres, une image de soi positive seraient moins influençables car moins fragiles. Toutefois, «ça n’arrive pas qu’aux autres».

A cet âge, la pression du groupe de pairs est forte. Le besoin de s’identifier aux autres, le besoin d’appartenance à un groupe et celui de transgresser les interdits sont prégnants. Un enfant ou un adolescent peut se faire manipuler par un «harceleur» et harceler lui-même un autre enfant alors qu’il n’aime pas la violence. C’est une spirale infernale qu’il faut pouvoir enrayer.

Les enfants victimes de brimades ne vont pas forcément en parler à leur parents souvent par peur des représailles, à cause de sentiments de honte et de culpabilité. Les enseignants comme les parents doivent être attentifs aux changements de comportement de leurs élèves/enfant: tristesse apparente et chronique, repli sur soi, agressivité voire violence envers soi et/ou envers les autres, anxiété de séparation, troubles somatiques tels que maux de ventre, de tête, difficulté à respirer, eczéma, nausées, vomissements… Il faut s’inquiéter devant tout comportement nouveau et exacerbé.

A la maison, il se peut que votre fils ou votre fille vous évite. Au vu de nouvelles manifestations, demandez-lui ce qui se passe. Même s’il n’est pas enclin tout de suite au dialogue, il comprend que vous vous inquiétez pour lui. Votre enfant a besoin de vous, de votre écoute, de votre disponibilité, sentir que vous êtes là pour s’ouvrir.

Une fois qu’il se met à parler, il est important de ne pas le juger, de ne pas le dévaloriser mais de lui permettre d’exprimer ses émotions et ensuite de le rassurer.

Le rôle de parent est celui d’apprendre à son enfant à se respecter et à respecter les autres (cela commence au sein de la famille), à dire non, à être responsable de son corps et à créer en amont un climat de confiance parent-enfant pour que ce dernier ose dire sa souffrance et demander de l’aide le moment venu. Il s’agit de lui expliquer aussi que le harceleur doit être arrêté dans ses agissements sinon il va continuer à brimer d’autres enfants. Et qu’il doit sans doute être inquiet à l’idée qu’il soit sanctionné par ses parents, la direction de l’école voire la justice si vous décidez de porter plainte. Ce qui est parfois nécessaire et immanquable. Votre enfant sentira ainsi que vous vous sentez concernés par ce qui lui arrive et qu’il peut compter sur vous. La première étape est d’en parler à l’enseignante et à la direction scolaire.

Les enfants qui harcèlent les autres sont en souffrance également, indubitablement. A noter que certains d’entre eux font des tentatives de suicides à l’âge adulte. Se rendant compte que, via les actes qu’ils posent ils arrivent à faire peur ou croient qu’ils se font respecter ainsi, ils développent un sentiment de toute-puissance qui, si elle n’est pas stoppée nette par l’adulte, va perdurer et devenir de plus en plus importante et destructrice (cf. comportement délinquant ultérieur). Il est nécessaire qu’ils soient aidés pour prévenir des actes plus violents voire pervers.

En amont, pour prévenir le harcèlement, il faut en discuter le plus tôt possible avec son enfant. Sans dramatiser, en restant factuel et informatif. Attendre aussi ses questions, l’écouter, en poser quelques-unes sur ses fréquentations et ses relations aux autres et ce qu’il fait pendant les récréations

Dès l’âge de 4-5 ans, on peut aborder le sujet avec les petits, les faire réfléchir sur la capacité à se mettre à la place de l’autre en leur posant des questions:

  • Aimerais-tu vivre ce que tu fais vivre à Luca?
  • Que penses-tu qu’il ressente quand tu te moques de lui ou quand tu le tapes?
  • Et quand tu dis aux autres de ne pas aller avec lui?
  • Ou quand tu lui voles son goûter?
  • Imagine si on te faisait vivre la même chose, tu sentirais quoi?

Evoquer aussi la notion du respect de soi et des autres, de l’interdit et des règles pour bien vivre ensemble et des conséquences quand elles ne sont pas respectées - comme la sanction.

Au sein des écoles, l’intervention d’un médiateur (formé) est indispensable. Son rôle est d’écouter les deux parties harceleur/harcelé, de faire prendre conscience au harceleur de la portée et des conséquences des ses actes sur la victime; de l’aider à conscientiser ce qu’il ne mesure pas toujours: le mal qu’il fait. Il est indispensable d’en informer ses parents, et utile de sanctionner si le harcèlement perdure malgré les avertissements. L’enfant harcelé, lui, est atteint dans son estime de soi qui s’est fragilisée au fil du temps, il a eu peur souvent pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Certaines personnes ne disent rien pendant des années et m’en parlent en consultation une fois adulte. Peuvent en découler phobie scolaire et déscolarisation, anxiété chronique et angoisses, isolement, dépression voire idées suicidaires à l’adolescence et à l’âge adulte.

Je pense qu’il serait utile d’organiser une journée nationale sur le sujet afin de parler concrètement du harcèlement physique et psychologique, de la contrainte, du chantage (comme le racket ou les menaces en tout genre), de la manipulation ainsi que de l’empathie, des enjeux de pouvoir et des enjeux affectifs autour de ces sujets et des conséquences de ses actes.

Et ce, au travers de films ("Le jour où j'ai brûlé mon coeur", "Marion, 13 ans pour toujours", "le mur de l'humiliation"), d'outils en ligne (Non au harcèlement : cahier d'activités, Max et Lili "Ma carte d'Identité Scolaire", Stop Bashing, Sensibiliser à une bonne utilisation des réseaux soociaux, A silent Word) , de guides (Agir contre le harcèlement à l'école, Que faire pour agir contre le harcèlement dans mon école ? , Que faire pour agir contre le harcèlement dans mon collège ou mon lycée, Les plans de préventions...)  qui sensibilisent aux comportements à adopter face à un enfant victime de harcèlement.

Cf. doc.leplanningfamilial38.org

Cf. http://www.mieuxvivre.espacedoc.net/index.php?id=275

Témoignage : http://brisonslesilence.e-monsite.com/pages/partenariats/charlene-kobel.html

Stop au harcèlement!
Si le harcèlement n’est pas stoppé, il peut avoir des conséquences graves (dépression, suicide, délinquance…)!

Appelez le 147 ou le 117 (police) en cas d'urgence

SI TU ES VICTIME DE HARCELEMENT : PARLE

SI TU ES TEMOIN DE HARCELEMENT : PARLE

SI TU HARCELES UN AUTRE ENFANT ET/OU SI TU ES INFLUENCE : PARLE

Que dit la loi?
Les injures (article 177 du code pénal), les menaces (article 180), la calomnie et la diffamation (article 173) sont interdites par la loi!
Une personne qui harcèle peut avoir à faire à la police et se retrouver devant un juge! A vous de porter plainte auprès de la police si votre enfant est harcelé.

http://www.adapi.ch/uploads/adapi/jeunesetlaviolence.pdf

http://www.adapi.ch/uploads/adapi/droitcyberharcelement.pdf

 


>> Cours de self-défense   

Commentaires





Enfantbanal
20.09.2018 13:51

L'idée est superbe, mais je ne suis pas d'accord avec la manière de se faire rendre compte a l'harceleur de çe qu'il fait: parfois, certains enfants sont méchant juste parce qu'ils trouvent ça drôle et s'en fiche de ce qui arrive à l'autre
Max
19.04.2018 03:23

Bonjour,
mon fils de 11ans à été umilié, insulte, lettre, et insulte aux parents part sms durant une semaine part 3 fille de même classe. A un point que mon fils a tenté d’amener un couteau a l’ecole. Direction été mis aux courants. 2 filles ont eux une simple tapettes sur les doits et la 3 filles (chef de la bande) a eux une punition a passé 2 jour d’ecole dans une autre classe. Alors es que la punition est jute? Et qui contacte ? Car le directeur ne bouge pas.
sandy
03.02.2016 21:41

Bonjour
Voila que mon fils de 12 ans se fait harceler depuis 7ans! Eh oui...depuis la petite école! Il est mis de côté, il est rebaissé etc... Entre 2 nous avons eu des échanges avec les profs pour qu'ils en parlent en classe et nous pensions naivement que tout allait mieux étant donné qu'à chaque fois qu'on lui posait la question du "comment ça va"? Il nous répondait tjrs ça va, mais il est vrai qu'entre 2 il y a eu de petits accrochages que nous mettions sur le dos (des histoires de gamins)! Mon fils souffre énormement en silence de cette situation qui inacceptable et incompréhensible! Il se referme sur lui même et le seul moyen qu'il a trouver pour évacuer son mal être c'est par l'agressivité! Que faire concrétement pour bien faire les choses?
Ay
29.09.2015 12:58

Bonjour,
J'effectue un TP (travail personnel) obligatoire lors du passage au examens finaux du CFC.
J'ai choisi le thème du harcèlement scolaire et je suis à la recherche d'une personne qui a subit lors de ses années scolaires cette harcèlement et qui serait d'accord de m'accorder du temps pour un "interview" qui est indispensable à la continuité de mon TP.

En espérant de bonnes nouvellles, salutations.
JU
30.08.2015 18:48

Bonjour,

Merci pour votre article. Je suis enseignante et médiatrice dans un cycle d'orientation. Quelques collègues et moi-même avons pris comme cheval de bataille le harcèlement car nous sommes conscients que certains de nos élèves vivent un véritable enfer. Nous aimerions ponctuer l'année scolaire d'actes de prévention et aimerions inviter des personnes concernées par le harcèlement à venir témoigner dans notre école. Auriez-vous des adresses ou des conseils à me transmettre?
D'avance un immense merci.
Ju

Partager:

Nos adresses préférées

> Genève

Accompagnement Thérapeutique pour enfants et adolescents

Prise en charge psychologique des enfants et des adolescents dans le cadre de leur scolarité ou en dehors de leur scolarité, ainsi que des jeunes non scolarisés, (déscolarisation, rupture ou phobie scolaire), des personnes atteintes dans leur santé mentale, des jeunes ayant terminé leur scolarité obligatoire et démotivés.
Conseiller en éducation

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Lausanne

Aspedah

TDA/H déficit d'attention avec ou sans hyperactivité. Comment le détecter?
Quand consulter?
Quelle prise en charge?
Notre association Aspedah, peut vous aider.
Permanence téléphonique tous les mardis de 10h30 à 12h30 et les jeudis 14h à 16h au 021 703 24 20

> Genève et Vaud

Association Face à Face

L’Association "Face à Face" travaille sur la prévention et le traitement psycho-éducatif des femmes et des adolescent-e-s ayant des comportements violents, ainsi que des familles à transactions violentes, afin d’enrayer le cycle répétitif de la violence.
Elle propose également des formations et des supervisions pour les structures ou les individus qui le souhaitent.
La violence est un ensemble de comportements, de paroles ou de gestes agressifs, brusques
et répétés contre soi ou à l’intérieur d’une relation de couple, de famille ou de travail.
Cette violence peut être physique, psychologique, économique ou verbale.

> Yverdon-les-Bains

Association Suisse pour les Enfants à Haut Potentiel - ASEHP

ASEHP, Distribution d'informations auprès des organes concernés par l'éducation.
Organisation de rencontres entre enfants précoces dans le cadre d'activités extra-scolaires.
Rencontres entre parents.

> Lausanne

Brigade des Moeurs, 021 315 15 15

La brigade des Mœurs s'occupe de ce qui touche à l'intégrité sexuelle.

Horaires: 24h/24 pour les victimes de moeurs.
Urgences par tél. 117

Les inspecteurs-trices spécialisé-e-s de la brigade des Mœurs traitent des infractions en relation avec:

- l'intégrité sexuelle (viol, contrainte sexuelle, pédophilie, exhibitionnisme, pornographie, etc.);
- la maltraitance sur les mineurs (violences physiques et psychologiques);
- les cas graves de violence domestique (lésions corporelles graves, tentative d'homicide, notion d'abus sexuel au sein du couple, etc.);
- la prostitution (prostituées clandestines, contrôles de salons de massages, traite d'êtres humains, etc.).

> Lausanne

Bureau Information Femmes - BIF

Lieu d'écoute, de renseignements et d'orientation à la disposition des femmes.
Si vous avez des soucis, besoin de renseignements et d'orientation, venez nous en parler, nous vous accueillons sans rendez-vous gratuitement, et en toute confidentialité.

> Lausanne

Centre LAVI - PROFA - Consultation pour victimes d'infraction

Le centre LAVI offre une aide aux personnes suisses et migrantes, même sans permis de séjour valable (possibilité de travailler avec des interprètes).

Ecoute et soutien.

Prestations financières à l’intention des personnes reconnues comme victimes au sens de la LAVI (hébergement d’urgence, premières consultations juridiques et/ou psychologiques, changement de serrure, etc.).

Accompagnement dans les démarches juridiques et administratives liées aux infractions (déclaration aux assurances, etc.).

Informations sur la procédure pénale et sur les droits spécifiques des victimes LAVI.

En cas de procédure pénale, accompagnement auprès de la police et de la justice.

Orientation vers les services spécialisés.

Confidentialité absolue. Anonymat possible.

Les prestations du centre sont gratuites.

> Lausanne

Centre Prévention de l’Ale

Aide les hommes et les femmes à mettre un terme à la violence familiale et conjugale, qu’elle soit physique, verbale, psychologique ou sexuelle. Entretiens individuels, rencontres de groupe thérapeutique et programmes de prévention avec des professionnel-le-s spécialement formé-e-s.

> Lausanne et 1260 Nyon

Christian Rollini - Sexologue - Spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie

Médecin praticien FMH - Sexologue et thérapie de couple - Thérapie de famille - Psychothérapeute de couple - Psychothérapie de couple
Cabinet médical de groupe Médipsy

> Lausanne

Consyl - Thérapie - Consultation systémique

Différentes formes de thérapie de famille, de couple ou individuelle utilisant la pratique systémique.

> Hermance / Genève

École d'Éveil Philosophique pour
Enfants et Adolescents
de 6 à 21 ans

Genève - Lausanne - Givrins
École d’Éveil Philosophique pour Enfants et Adolescents de 6 à 21 ans.

> Lausanne

Judo, Self-défense et Armes traditionnelles japonaises Bodaïshinkan Ryu (BDSK)

Ecole de judo pour enfant dès 5 ans.
Ecole de Judo Bodaïshinkan Ryu (BDSK) Affiliée à la Fédération Suisse de Judo
Ecole d'Armes traditionnelles japonaises BDSK
Ecole de self-défense
Cours d'armes traditionnelles japonaises: sabre, sabre en bois, bâton, nunchaku.
Cours de judo pour enfant lausanne

> Etoy

La Tête en l'Air

La Tête en l’Air propose des cours de Yoga aérien - Capoeira - Hapkido - Théâtre - Comedie Musicale - Cirque Aérien - Self-defense - Yoga - Yoga & gym - Renforcement musculaire - Stretching - Pilates - Méditation - Sophrologie - Yoga du rire - Tango argentin
La Tête en l’Air propose des cours parents-enfants:
Cours de yoga avec Bébé
Cours pour tous les âges, tous les jours de la semaine, stages le week-end et durant les vacances scolaires… à 5 minutes à pied de la gare d’Etoy dans un tout nouveau bâtiment culturel dédié aux artistes et artisans de la Région (Salles de spectacle, studio d’enregistrement, food trucks…)
Anniversaires pour enfants
Cours d'allemand pour enfants

A lire

Nos partenaires