huiles essentielles, un parfum de rentrée

Notre expert
huiles essentielles, un parfum de rentrée

Article écrit avec la collaboration de l’École Romande d’Aromathérapie ERA 

www.ecole-era.ch ou  info@ecole-era.ch

Pour bien reprendre le travail ou les cours, les essences naturelles de plantes entretiennent forme et bonne humeur.

Pourquoi s’en priver?

Dormir d’un sommeil paisible, avoir une hygiène de vie, faire du sport, flâner... D’habitude, les vacances se suffisent à elles-mêmes pour recharger les batteries, retrouver un équilibre de vie. «Sauf que cette année, beaucoup de gens n’auront pas eu l’impression d’être partis en vacances », constate sans détour Mme Clément-Pralong, docteur et fondatrice de l’Ecole Romande d'Aromathérapie.

La faute à la pluie, aux intempéries qui ont sévi cet été en Suisse, les huiles essentielles aideront à lutter contre une possible morosité et à être d’attaque pour la reprise. Les sens de la vie A chaque saison, certaines essences jouent un rôle important pour entretenir santé physique et psychique. «A cette période, la bergamote, l’orange vont servir d’anti-dépresseur et entretenir une atmosphère agréable, décrit Mme Clément-Pralong. Quant au romarin cinéole, au citron, ils vont plutôt favoriser la concentration, la remise en route».

Les arômes diffusés dans toute la maison ont une influence sur le cerveau. En les respirant, ils vont déclencher une sensation de bien-être. « Les huiles essentielles ont un impact sur les neuro-transmetteurs. Les hormones du plaisir comme la sérotonine sont augmentées et les gens sont plus détendus», analyse la spécialiste. Cette approche de soin, basée sur l’extraction naturelle d’une fleur, d’une écorce ou d’un agrume, peut-être une bonne alternative aux médicaments, aux antibiotiques. «L’aromathérapie rentre dans les mœurs, note Mme Clément-Pralong. Des hopitaux l’utilisent souvent en diffusion, des pédiatres prescrivent des suppositoires aux huiles essentielles, pour lutter contre des bronchites durant l’hiver».

Quelques gouttes suffisent

A respirer, par voie cutanée ou orale, les huiles essentielles ne se consomment pas n’importe comment. Ce sont des molécules liquides hautement actives et leur fort taux de concentration nécessite quelques précautions d’usage. En diffusion atmosphérique, enfants et adultes peuvent inhaler les arômes sans danger. «Par contre, sur le corps ou dans le bain, il ne faut jamais utiliser les huiles d’agrumes, prévient Mme Clément-Pralong, ça décape la peau». Chez soi, il est facile de recréer une ambiance olfactive, à l’aide d’un diffuseur électrique. Il en existe de différentes sortes, à froid, à chaleur douce, à micro-diffusion. Plusieurs fois par jour, ils vont disperser au choix, des odeurs chaudes ou boisées. Régénérer l’air d’une pièce est une science précise et se fait à la goutte près. Pure ou diluée dans de l’eau, les huiles se marient entre elles et composent de nombreux cocktails. Parfum d’île ensoleillée ou de forêt, tout est possible. Que ce soient les odeurs des conifères, pin, thuya ou celles plus exotiques d’ylang-ylang, de géranium bourbon, ces huiles essentielles procurent d’abord du réconfort. Ce soutien moral vient s’additionner aux autres bienfaits antiseptiques, bactéricides et antiviraux. Sur la liste des courses à faire, on peut donc rajouter ces produits naturels pour rester zen et chasser les nuages lourds de stress, d’un rush annoncé.

François Jeand'Heur

Commentaires





Nos adresses préférées

> Genève

Esclarmonde SA - Ecole de Santé Intégrale

CORONAVIRUS : certains cours sont en ligne
Nous continuons de vous répondre par mail, téléphone et nous effectuons des entretiens en ligne, par Skype, Zoom...

Formations professionnelles en Anatomie, Kinésiologie, Naturopathie, Nutrition, Massages, Réflexologie , DLV certifié Dr Vodder, etc...

> Yverdon-les-Bains

Massage-Aroma
Autres adresses
A lire
Nos partenaires