Peurs, colères, angoisses, blocages scolaires, phobies? Mode d’emploi en 5 points pour s’en libérer

Dans cette rubrique

Partager:

Peurs, colères, angoisses, blocages scolaires, phobies? Mode d’emploi en 5 points pour s’en libérer

Notre expert

Un article proposé par Monsieur Eric Goyer
Praticien T.I.P.I Revivre Sensoriellement -   Membre de l’association Suisse Romande des Praticiens T.I.P.I

Cet article présente comment notre capacité naturelle à «Revivre Sensoriellement» l’origine de nos blocages émotionnels permet de les réguler et de s’en débarrasser définitivement.

Sur quels blocages, quelles peurs est-il oposible d'agir?

Voici une liste pour illustrer quelques difficultés émotionnelles récurrentes, celles qui «s’invitent» dans notre vie quotidienne dès que nous sommes en contact avec un élément déclencheur.

Nos phobies

  • peur de l'eau, du noir, du vide, de la vitesse,
  • peur de conduire, de prendre le métro, le train, l'avion, le bateau,
  • peur de prendre l'ascenseur, peur de se sentir à l'étroit dans un lieu,
  • peur de la foule ou de sortir de chez soi,
  • peur des chiens, des souris, des serpents, des araignées, des insectes,
  • peur d'être contaminé, souillé,
  • peur de mourir ou peur de perdre le contrôle de soi.
     

Nos comportements

  • se sentir bloqué ou perdre ses moyens:
    • dans ses relations personnelles (faire des rencontres, vivre l'intimité)
    • en situations scolaires (s'exprimer, passer des examens)
    • en situations professionnelles (prendre la parole en public, en famille)
    • en communiquant avec ses collègues, avec sa hiérarchie
    • lors de confrontations sportives (peur de perdre ou de gagner)
    • paniquer ou être pris d'angoisse dans des situations qui paraissent pourtant anodines.
    • être irritable ou se mettre en colère à la moindre contrariété (violence)
    • être en tension, stress important, impression de trop plein dans la tête.
           

Nos sentiments

  • ne plus avoir l'envie de vivre, se sentir sans énergie, sans projet, insatisfait.
  • se sentir coupable, incompétent, jaloux, vexé, rejeté, dévalorisé, embarrassé, exaspéré, humilié, être rancunier.

Comment ai-je fait cette découverte étonnante, dans l’eau?
En tant qu'instructeur de plongée, j’enseigne aux adultes et aux enfants comment respirer et se déplacer sous l’eau depuis déjà 15 ans.  
J'aime beaucoup les sensations apportées par la plongée ainsi que les rencontres sous-marines...mais mon choix d'enseigner la plongée a été avant tout un moyen d'avoir des échanges d'émotions vrais avec les personnes. J'ai maintenant élargi ma pratique pour transmettre la démarche "Revivre Sensoriellement" aux adultes et enfants qui sont bloqués dans des comportements inappropriés, des difficultés émotionnelles récurrentes telles que les phobies, inhibitions, angoisses, paniques, blocages pour les examens, états dépressifs.

Ce virage s'est annoncé Il y a 2 ans, lorsque j’ai fait une découverte incroyable! Après 3 à 4 minutes seulement passées dans 40 cm d’eau, la peur ou phobie de la personne avait totalement disparue! J'avais changé si peu de choses à mes explications habituelles que je ne comprenais pas ce qui pouvait expliquer ce changement. La même situation s'est répétée plusieurs fois, cela ne pouvait pas être un hasard. Il me manquait une explication, un protocole précis pour répéter ce processus. Je l’ai découvert lors d'une conférence  sur la démarche " TIPI - Revivre Sensoriellement". Cette approche apportait les mêmes résultats sur d'autres peurs et difficultés émotionnelles qui n'étaient pas en rapport avec l'eau.

Cela fonctionne aussi avec toutes les difficultés émotionnelles! Luc Nicon est un expert en pédagogie et communication comportementale. Il a mis en évidence cette ressource naturelle. Il est l’auteur des livres «comprendre ses émotions (2003), TIPI (2007) et Revivre Sensoriellement (2013).


Etude menée par Luc Nicon sur 300 personnes.* 

Afin de valider son travail, Luc Nicon a mené une étude sur 278 personnes atteintes de phobie, de dépression, d’inhibition, d’irritabilité et d’angoisses dans un cadre de recherche bien défini. Sur 278 personnes, seules 7, soit 2 %, ne sont pas totalement venues à bout de leur souffrance émotionnelle. Pour 79 % des personnes, la guérison est intervenue en une seule séance.

Les 19 % restant n’ont que très exceptionnellement nécessité plus de deux séances pour obtenir le même résultat. Sur les 7 personnes n’étant pas parvenues à une désactivation complète, 3 personnes ne sont pas parvenues à évoquer une situation représentative de leur difficulté (préalable indispensable à une séance).

4 personnes, après 2 ou 3 séances infructueuses, n’ont pas souhaitées poursuivre. Bien que, de par ce fait, la démarche n’a pas pu se faire, ces cas sont néanmoins considérés comme un échec.

  • Modalités: 23 personnes ont été écartées de cette étude, 1avoir, malgré leur engagement, fourni aucun compte rendu.
  • Séance par téléphone: 8 séances ont été réalisées par téléphone… elles ont exclusivement concerné des personnes nécessitant une deuxième séance.
      

Concrètement, comment ca marche?
Dans l’ensemble, nous sommes assez doué pour repérer «ce qui ne va pas» chez les autres. Cela est une autre histoire pour ce que nous concerne, tant nous sommes habitués à nos réactions qui font partie de notre personnalité et nous semblent normales et indissociables…et pourtant! Comme nous devrons prendre en compte les manifestations physiques présentes dans notre corps lorsque nous serons en perturbation, il faudra arriver à y être attentif au moment où elles se produisent.

  

Mode d’emploi pour désactiver en situation une difficulté (à chaud).

1.- Vous ressentez une émotion désagréable
Ce n’est pas forcément «évident» au départ tant nous sommes habitué à vivre avec, cela fait partie de nous même. La 1ère étape est de repéré votre perturbation.

2.- Fermez les yeux
C’est plus facile pour observer ce qui se passe et limiter le risque de «fuite ou d’évitement»

3.- Portez votre attention sur les sensations physiques présentes dans votre corps. (la gorge nouée, mal au ventre, tremblements, accélération du rythme cardiaque, main moites, mal à la tête…)

4.- Laissez ces sensations évoluer, se transformer d’elles-mêmes. Sans agir, sans essayer de se détendre, sans rien faire.
 

5.- Laissez faire, sans contrôle, sans à priori…jusqu’à l’apaisement.
Entre le moment où vous fermez les yeux et l’apaisement, il se déroule entre quelques secondes (souvent 30 à 1mn) et au maximum 2 minutes 30 avant un retour au calme et la libération. Dans le cas contraire, c’est que vous faites quelque chose qui entrave ce processus naturel que tout le monde possède, adultes et enfants, toute nationalité et origine confondue. Des études faites avec des animaux (chevaux, chiens) montrent que cela fonctionne aussi avec eux, même si l’a démarche doit être adaptée. Il en est de même pour les tout-petits, dès l’âge de 2 ans, là aussi, la démarche est légèrement différente.

  

La relation parents / enfants
Cette approche apporte une aide considérable dans la famille. Plutôt que de grands discours, en voici un exemple vécu:
La maman de Justine (6 ans) est exaspérée lorsque chaque matin, elle doit répéter plusieurs fois à sa fille de s’habiller, et au moment ou c’est fait, Justine veux en changer… Sa maman lui résiste, Justine entre alors à chaque fois dans une colère si forte que parfois elle vomit même son petit déjeuner… l’heure avance, elles sont en retard, la maman de Justine fulmine… 

La maman de Justine est venue me demander si je pouvais faire une séance pour sa fille afin de l’aider. Elles sont déjà allé voir plusieurs thérapeutes. Avec la Sophrologie, Justine arrive parfois à «se contrôler» mais continue encore souvent à s’emporter dans des situations similaires.

Je propose à la maman de commencer par lui apprendre «à Revivre Sensoriellement» ce qui se passe pour elle, lorsqu’elle sera «à chaud» à la prochaine crise de Justine. A la fin de la séance, nous convenons d’un prochain rendez-vous dans 15 jours afin de lui laisser le temps de «se tester» avec cette approche. Lorsque je revois la maman 2 semaines plus tard, elle me dit avoir fait une séance «à chaud», dans sa voiture, après une nouvelle colère de sa fille.

Elle vient de prendre conscience, qu’il n’y a plus eu un seul jour de conflit sur ce sujet. Sa fille s’habille à temps et sans faire d’histoire. Elle me signale par contre que c’est avec son mari que Justine continue à se mettre en colère et me demande si Justine ne devrait pas venir me voir à ce sujet! Je n’ai pas encore vu le mari, ni même Justine mais il y a fort à parier que si le papa apprend comment «Revivre Sensoriellement» ce que cela lui fait lorsque Justine veut changer ses vêtements, que le comportement de Justine change aussi avec lui. Si Justine souhaite de l’aide, il faudra que le praticien lui demande ce qu’elle souhaite voir disparaître comme problème. Sa difficulté sera différente de celle occasionné à ses parents, et lui permettrai à son tour de se libérer d’une peur inconsciente.

  

TIPI – Revivre Sensoriellement en différé

La formation expliquée dans cet article permet de réguler une difficulté lorsqu’elle se manifeste. Il arrive parfois que l’on ne puisse pas le faire «à chaud» et que lorsque l’on veut s’y mettre, plus tard, on ne soit plus «connecté» à la difficulté. Dans ce cas, il faudra s’y prendre en «différé». Vous pouvez apprendre à le faire par vous-même avec la formation Autotipi en 3 séances ou faire une séance d’accompagnement avec un praticien TIPI.

  

Est-ce que les parents peuvent aider l’enfant à réguler une difficulté émotionnelle «à chaud» ? OUI.
Les meilleurs résultats ont été obtenus lorsque le parent sait comment faire pour lui même dans un 1er temps. Ensuite, j’enseigne aux parents comment ils peuvent s’y prendre, pour aider leurs enfants à réguler une émotion lorsque l’enfant est «à chaud». Les résultats sont immédiats. Non seulement l’enfant sort de sa colère ou émotion perturbatrice mais les parents ayant un outil, ne réagissent pas du tout de la même façon qu’auparavant puisqu’ils savent quoi faire et ont eux-mêmes régulé leurs propres difficultés.

  

Testez-vous!
Mettez en pratique dès que vous repérez une situation ou vous vous sentez mal: peur, angoisse, vertige, malaise… Certaines personnes y arrivent très facilement avec ces explications, d’autres auront besoin de plus de précisions. Vous arriverez à réguler certaines difficultés mais peut-être bloquerez-vous sur d’autres… Regardez dans la liste des formations à thème en ligne, ou contactez-moi pour vos questions.

 

Quelques conseils pour vos essais «à chaud»:
Ne démissionnez pas lorsque vous éprouvez des difficultés. Prenez des notes si cela  est possible avant et après une séance. Notez sur quelle difficulté vous avez fait cette séance, quelles étaient les sensations perçues et autres informations qui vous semblent importants. Elles nous seront utiles dans le cadre d’une séance de suivi, de formation Autotipi ou en séance d’accompagnement. Ne vous jugez pas, il s'agit de peurs inconscientes, vous n'y pouvez absolument rien.

* Détails des résultats de l’étude par difficulté https://www.vivresanspeur.org

Commentaires





Partager:

Nos adresses préférées

> Lausanne et Genève

100% YOGA

Yoga pour enfant, yoga pour femme enceinte, yoga postnatal. Yogathérapie pour lutter contre le surmenage et le Stress Management
Réservation par sms : 078 848 43 67

> Genève

Accompagnement Thérapeutique pour enfants et adolescents

Prise en charge psychologique des enfants et des adolescents dans le cadre de leur scolarité ou en dehors de leur scolarité, ainsi que des jeunes non scolarisés, (déscolarisation, rupture ou phobie scolaire), des personnes atteintes dans leur santé mentale, des jeunes ayant terminé leur scolarité obligatoire et démotivés.
Conseiller en éducation

Autres adresses

A lire

Voir également

Nos partenaires