Violence à l'école et réseaux sociaux

Notre expert

Harcèlement, la peur à l'école

Être la cible, la victime de harcèlement, transforme la vie de l'élève en enfer quotidien. Internet, les réseaux sociaux en démultiplient l'impact et les traumatismes. Informer, créer un climat social au sein de la classe sont les moyens de lutter efficacement contre ce phénomène.

 

L'école, terrain miné

A force de se faire traiter de «pute», cette élève de 6e, se demande si finalement, ce n'est pas vrai. Une autre, 14 ans témoigne: «J'ai du changer d'école parce que là-bas tout le monde me rabaissait et me crachait dessus» Ces témoignages anonymes sur ciao.ch, révèlent la violence vécue à l'école. Insultes, bousculades, pour certains enfants, la scolarité ressemble à un chemin de croix. Une enquête valaisanne de 2012, auprès de 4000 écoliers de 5e et 6e, faisait ressortir qu'un peu moins de 10 % des enfants sont concernés par le phénomène. Les disputes, les bagarres, sont souvent des moyens de régler des différends entre pairs. Ces rapports font partie de la vie sociale de l'enfant et sont structurantes dans son approche de l'autre. Il se confronte à une réalité qui n'est pas la sienne et doit composer avec. Le harcèlement, par contre, est un déséquilibre du rapport de force. Il entretient une domination vis-à-vis d'un enfant qui devient la proie d'un ou plusieurs de ses congénères. Internet, les téléphones mobiles sont devenus des armes contre lesquelles, il est difficile de lutter.

 

Cybermobbing, harcèlement 2.0

Avec les nouvelles technologies, le harcèlement n'a plus de limites. En dehors de l'école, il continue sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, YouTube, sont des caisses de résonance aux effets dévastateurs. Par leur grande audience, leur facilité d'emploi, leur anonymat, ils propagent la haine et laissent le jeune visé démuni contre ce genre d'agression dématérialisée. Insultes, photos peuvent en quelques instants, se répandre sur la Toile et faire une réputation. Les filles sont davantage exposées à ce genre de danger qui prend souvent un caractère sexuel. Comme avec le «sexting», photos intimes que l'on diffuse sur internet ou sur mobile.«J'ai fait une énorme erreur, j'ai envoyé une photo de moi torse nu à un garçon et il l'a montrée à toute mon école», raconte cette jeune fille sur ciao.ch. Les jeunes sont quelquefois complices de leur malheur et quand la prise de conscience arrive, c'est souvent trop tard, le mal est fait. La popularité escomptée se retourne alors contre son auteur et peut faire l'objet de chantage, de pression. Les cyberharceleurs ne réalisent pas toujours que les cicatrices virtuelles sont bien réelles et profondes.

 

Informer et former

Pour contrer ces nouvelles formes de violence à l'école, voir aussi jeunesetviolence.ch, et en dehors, des actions de sensibilisation sont menées. Pro Juventute a récemment mis en garde dans ses campagnes, les jeunes contre les dangers du sexting et du cybermobbing. L'office fédéral des assurances sociales (OFAS) a créé une plate-forme Jeunesetmédias.ch dans le cadre du programme national de promotion des compétences médiatiques. Pour Liliane Galley, collaboratrice scientifique à OFAS, le but est d'informer « Une meilleure connaissance des technologies permet d'en repérer les dangers et de s'en protéger. C'est valable pour les jeunes, bien sûr, mais aussi pour les parents qui veulent savoir ce que font leurs enfants ». Les recommandations de l'OFAS dans la lutte contre la violence à l'école privilégient la mise en place de règles de vie et des méthodologies interactives. Charte élaborée avec les élèves, renforcement de leurs compétences sociales, espaces de paroles, sont des solutions pour mieux vivre ensemble à l'école. Un enseignement misant sur la coopération, où les jeunes s'impliquent dans la vie de classe, crée un climat scolaire favorable et lutte efficacement contre tous les types d'agression et de brimades.

 

Stop au harcèlement!
Si le harcèlement n’est pas stoppé, il peut avoir des conséquences graves (dépression, suicide, délinquance…)!

Que dit la loi?
Les injures (article 177 du code pénal), les menaces (article 180), la calomnie et la diffamation (article 173) sont interdites par la loi!
Une personne qui harcèle peut avoir à faire à la police et se retrouver devant un juge! A vous de porter plainte auprès de la police si votre enfant est harcelé.

François Jeand'Heur, Lafamily

Commentaires





panda
12.05.2015 08:17

Allez voir la maîtresse... si pas de résultat.. allez voir le directeur, le psychologue scolaire.... bougez.. j'ai eu le même problème.. si ca change rien.. écrivez au département scolaire vaudois (dfjc).. spj, etc
...
Pocos
12.05.2015 04:50

Et quand les maltraitances psychologiques viennnent des maîtresses quoi faire?
...
Nos adresses préférées

> Genève

Accompagnement Thérapeutique pour enfants et adolescents

Prise en charge psychologique des enfants et des adolescents dans le cadre de leur scolarité ou en dehors de leur scolarité, ainsi que des jeunes non scolarisés, (déscolarisation, rupture ou phobie scolaire), des personnes atteintes dans leur santé mentale, des jeunes ayant terminé leur scolarité obligatoire et démotivés.
Conseiller en éducation

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Lausanne

Brigade des Moeurs, 021 315 15 15

La brigade des Mœurs s'occupe de ce qui touche à l'intégrité sexuelle.

Horaires: 24h/24 pour les victimes de moeurs.
Urgences par tél. 117

Les inspecteurs-trices spécialisé-e-s de la brigade des Mœurs traitent des infractions en relation avec:

- l'intégrité sexuelle (viol, contrainte sexuelle, pédophilie, exhibitionnisme, pornographie, etc.);
- la maltraitance sur les mineurs (violences physiques et psychologiques);
- les cas graves de violence domestique (lésions corporelles graves, tentative d'homicide, notion d'abus sexuel au sein du couple, etc.);
- la prostitution (prostituées clandestines, contrôles de salons de massages, traite d'êtres humains, etc.).

Exclusivement de la compétence de la ville de Lausanne

> Lausanne

Bureau Information Femmes - BIF

Lieu d'Ecoute, de renseignements et d'orientation. A la disposition des femmes et des hommes. Vous avez des soucis, besoin de renseignements et d'orientation, nous vous accueillons sans rendez-vous, gratuitement et en toute confidentialité.
Un bureau pour toutes les informations pour les femmes!

> Lausanne

Cécile Vuillemin - Psychologue FSP
Cabinet Mots pour Maux

Psychologue FSP/ASPEA spécialisée, je propose un soutien psychologique pour les enfants, les adolescent.e.s et les jeunes adultes ainsi que du coaching parental. J’anime aussi des ateliers d’écriture à destination des jeunes.
Bilan psychologique - Bilan émotionnel et affectif.
Accompagnement psychologique lors de handicap. Accompagnement de l'enfant et/ou du-des parents.

> Aigle

Centre LAVI - Fondation PROFA - Consultation pour victimes d'infraction - Aigle

Le centre LAVI d'Aigle offre une aide aux personnes suisses et migrantes, même sans permis de séjour valable (possibilité de travailler avec des interprètes):

> Ecoute et soutien.
> Prestations financières à l’intention des personnes reconnues comme victimes au sens de la LAVI (hébergement d’urgence, premières consultations juridiques et/ou psychologiques, changement de serrure, etc.).
> Accompagnement dans les démarches juridiques et administratives liées aux infractions (déclaration aux assurances, etc.).
> Informations sur la procédure pénale et sur les droits spécifiques des victimes LAVI.
> En cas de procédure pénale, accompagnement auprès de la police et de la justice.
> Orientation vers les services spécialisés.
> Confidentialité absolue. Anonymat possible.
> Les prestations du centre sont gratuites.

Prise de rendez-vous
Du lundi au vendredi
09h00 – 12h00
14h00 – 17h00

Horaires de consultation
Sur rendez-vous uniquement du lundi au vendredi

> Lausanne

Centre LAVI - Fondation PROFA - Consultation pour victimes d'infraction - Lausanne

Le centre LAVI de Lausanne offre une aide aux personnes suisses et migrantes, même sans permis de séjour valable (possibilité de travailler avec des interprètes).

Ecoute et soutien.

Prestations financières à l’intention des personnes reconnues comme victimes au sens de la LAVI (hébergement d’urgence, premières consultations juridiques et/ou psychologiques, changement de serrure, etc.).

Accompagnement dans les démarches juridiques et administratives liées aux infractions (déclaration aux assurances, etc.).

Informations sur la procédure pénale et sur les droits spécifiques des victimes LAVI.

En cas de procédure pénale, accompagnement auprès de la police et de la justice.

Orientation vers les services spécialisés.

Confidentialité absolue. Anonymat possible.

Les prestations du centre sont gratuites.

Prise de rendez-vous
Du lundi au vendredi
09h00 – 12h00
14h00 – 17h00

Horaires de consultation
Sur rendez-vous
uniquement
du lundi au vendredi

> Lausanne

Centre Prévention de l’Ale

Le Centre Prévention de l’Ale s'adresse à toute personne majeure ayant recours à des comportements agressifs ou violents au sein du couple ou de la famille.
L'entretien d'accueil est gratuit.

> Etoy

La Tête en l'Air: gym, yoga, arts martiaux, cirque, danse, cours parent-enfant, yoga aérien...

La Tête en l’Air propose des cours de danse - Gym - Yoga aérien et cirque aérien parent-enfant - Capoeira - Karaté - Hapkido - Comédie Musicale - Self-defense - Yoga - Renforcement musculaire - Stretching - Pilates - Méditation - Sophrologie -

La Tête en l’Air propose des cours parents-enfants:Cours de yoga avec Bébé, karaté avec votre enfant...

Cours pour tous les âges, tous les jours de la semaine, stages le week-end et durant les vacances scolaires… à 5 minutes à pied de la gare d’Etoy dans un tout nouveau bâtiment culturel dédié aux artistes et artisans de la Région (Salles de spectacle, studio d’enregistrement, food trucks…)
Anniversaires pour enfants

> Lausanne

Police de Sûreté - Police cantonale vaudoise - 021 644 44 44

La police cantonale a pour mission générale d'assurer, dans les limites de la loi, le maintien de la sécurité et de l'ordre public.

En outre, elle :
- exerce la police judiciaire
- agit sur l'ensemble du territoire cantonal
- assure, en collaboration avec les polices municipales, la prévention criminelle dans la mesure de ses moyens et dans les limites de la loi.
- brigade des mineurs et des mœurs pour le Canton de Vaud, hors Lausanne

Urgences. 24h/24.

A lire
Nos partenaires