Communication non violente

Dans cette rubrique

Partager:

Communication non violente

Notre expert

La Communication Non Violente

Créée dans les années 60 par Marshall Rosenberg, disciple puis collaborateur de Carl Rogers, la communication non-violente ou CNV repose sur une pratique du langage qui nous invite à reconsidérer la façon dont nous nous exprimons, et dont nous entendons les autres, même dans des conditions éprouvantes.
Cet ensemble de concepts et d'outils, destinés à établir entre les personnes, des relations bienveillantes en elles-mêmes et avec les autres, permet de communiquer avec l'autre sans lui nuire.


A quoi peut nous servir la CNV ?
Juger, blamer ou critiqué sont des attitudes très usuelles et faciles:  c'est le langage que nous avons appris. 
Ce langage nous conduit bien souvent:

  • à considérer l'autre comme responsable de notre mécontentement ou de notre insatisfaction,
  • à dissimuler ce qui nous habite pour préserver les apparences, nous éloignant encore un peu plus de notre propre source.

De plus, notre interlocuteur se sentant jugé, aura tendance à se réfugier dans l'autodéfense plutôt que la compréhension. Ainsi s'enclenchent la confusion, l'incompréhension, et la violence vis-à-vis de notre entourage et de nous-mêmes.

La communication  non-violente nous aide à rechercher la satisfaction de nos besoins (ou en tout cas à les reconnaître) et à en faire autant pour ceux d'autrui.


Ainsi, en la pratiquant nous pouvons:

  • être en accord avec nous-mêmes,
  • développer une clarté par rapport à ce que nous vivons, à ce que nous voulons et à ce que nous disons: c'est à dire être clair et honnête déjà vis-à-vis de nous-même en identifiant correctement nos émotions, nos ressentis.
  • diminuer le stress de notre vie quotidienne,
  • nous ressourcer par rapport à des situations difficiles,
  • créer davantage d'harmonie et de sécurité dans nos relations avec les autres,
  • désamorcer et transformer l'agressivité et la colère,
  • gérer les conflits en recherchant la satisfaction de toutes les parties en cause,
  • mieux écouter et comprendre l'autre,
  • prendre position avec précision et authenticité,
  • apprendre à dire "non" et à entendre un "non",
  • sortir du silence.

Les outils de la communication non-violente

  • apprendre à distinguer les faits, des opinions et des interprétations.
  • savoir exprimer ses émotions avec calme.
  • montrer un état d'esprit constructif
  • apprendre à ouvrir le dialogue en ayant la bonne posture.


On peut pour cela, utiliser une trame adaptable à chaque situation:

J' Observe: je décris la situation en termes d'observation partageable: mon conjoint n'est pas agressif, mais cette action ne me convient pas.
Je Ressens: j'exprime les sentiments que je vis dans cette situation: cette action me rend triste. Mon sentiment sera de la tristesse ou de la frustration. 
J'ai des Besoins: nécessité de les clarifier: Il est important de faire le lien entre nos besoins et nos sentiments: quels sont mes besoins, quels sont mes sentiments: besoin de sécurité, besoin de réconfort...
J'ai une Demande: faire une demande respectant les critères suivants : elle doit être demandé pour ici et maintenant, réaliste, réalisable, négociable, précise et formulée positivement: il s'agit de traduire nos besoins généraux en demandes concrètes, c'est-à-dire concernant des actions précises nécessaires pour satisfaire les besoins les plus urgents.
On peut poursuivre en ouvrant le dialogue par une phrase du type: "Qu'en penses-tu?".

 

Le grand avantage de la CNV  est d'être basé sur l'expression de nos émotions et de notre propre ressenti.
Nous avons le droit d'avoir des émotions et de les exprimer calmement de manière acceptable. En revanche, il est important 
d'éviter de plaquer des jugements et des interprétations sur l'attitude d'autrui. Il faut veiller à adopter un ton calme et serein. On ne doit pas se justifier, mais se mettre en position interne de force de proposition.

Partager:

Nos adresses préférées

> Genève

Accompagnement Thérapeutique pour enfants et adolescents

Prise en charge psychologique des enfants et des adolescents dans le cadre de leur scolarité ou en dehors de leur scolarité, ainsi que des jeunes non scolarisés, (déscolarisation, rupture ou phobie scolaire), des personnes atteintes dans leur santé mentale, des jeunes ayant terminé leur scolarité obligatoire et démotivés.
Conseiller en éducation

> Hermance / Genève

Association Duchamps-Libertino pour l'Encouragement de la Sagesse et de la Paix dans le Monde

Genève - Lausanne - Givrins
École d’éveil philosophique pour enfants et adolescents de 6 à 21 ans.

> Lausanne

Fondation Vaudoise contre l'Alcoolisme - FVA

Les professionnels de la FVA sont à votre écoute et vous proposent un accompagnement ambulatoire en alcoologie adapté à votre situation.
Ils développent des programmes de prévention et de réduction des risques répondant aux besoins actuels.

A lire

Voir également

Nos partenaires