Homosexualité et cursus scolaire

Notre expert
Homosexualité et cursus scolaire

Article écrit par Elisabeth Thorens-Gaud,
Auteure de « Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation, éd. Favre 2009

En Suisse, malgré l’évolution des mentalités,  entre l’âge de 13 ans et 20 ans, les jeunes s’interrogeant sur leur orientation sexuelle traversent des moments particulièrement difficiles à l’école, car ce sujet n’y est que très rarement abordé. Aussi, ne pouvant se référer à aucun modèle, ils se sentent marginalisés, différents, isolés, invisibles. Ce sentiment de  solitude est la plupart du temps renforcé par les remarques et comportements homophobes. A ce moment, il n’est pas rare que ces jeunes passent par un état dépressif, qui peut même, dans les cas les plus tragiques, aboutir à un drame.

Pour un élève hétérosexuel, les périodes de collège sont souvent le théâtre des premiers émois, des premières amours. Quand j’observe mes élèves, ce qui me frappe, c’est à quel point leurs histoires de cœur les accaparent. C’est normal à cet âge, n’étions-nous pas pareils?
Pour un élève attiré par les personnes du même sexe, cette période d’exploration amoureuse se transforme souvent en cauchemar : comment Pierre, amoureux de Paul,  oserait-il prendre la main de son amoureux quand tout le monde emploie le mot «pédé» pour désigner ce genre de relation ? Comment Marie s’autoriserait-elle à vivre un flirt avec Sandra si c’est pour se faire désigner de «gouine» ?
Comment ces enfants pourraient-ils se sentir normaux quand leurs professeurs ne prononcent jamais le mot «homosexuel-le», ne mentionnent pas que l’homosexualité existe, que c’est une singularité qui fait partie de la réalité de la vie?

Parce qu’il règne beaucoup de méconnaissance sur ce sujet, les enseignants, tout comme les parents, entretiennent encore de nombreux préjugés vis-à-vis de l’homosexualité.


Il est urgent que parents et intervenants en milieu scolaire s’informent, car l’homophobie nous concerne tous. C’est le rôle des parents de transmettre les valeurs morales et citoyennes. C’est à nous d’éduquer nos enfants, afin qu’ils s’ouvrent à la diversité. Nous devons leur expliquer que les moqueries font mal, que l’insulte «pédé» est inacceptable, en leur expliquant aussi pourquoi.

Rares sont les personnes qui n’ont jamais été mises à l’écart à l’école. Je pense que nous avons tous en nous des souvenirs de moments difficilement vécus en classe.

Alors apprenons à nos enfants à dire non à l’homophobie. Soyons attentifs à leurs propos, ne laissons rien passer qui puisse heurter autrui.
Et si votre enfant se plaint d’être mis à l’écart, écoutez ce qu’il vous dit. Soutenez-le. Au besoin, allez rencontrer sa ou son professeur-e pour tâcher de trouver des solutions ensemble. Il faut éviter que votre enfant s’isole.

Dites non à l’homophobie à l’école et dans les familles !

 

Besoin d’informations supplémentaires? www.mosaic-info.ch

 

Article écrit par Elisabeth Thorens-Gaud, Auteure de « Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation, éd. Favre 2009 


Besoin d’aide et de soutien ?

• Consultez le site de l’association Mosaic-info : www.mosaic-info.ch
• Envoyez un message à l’adresse suivante : info@mosaic-info.ch

Commentaires





Partager:
Nos adresses préférées

> Berne

Amnesty International

Organisation non-gouvernementale internationale et mouvement mondial de défense des droits humains comptant plus de 7 millions de membres et de personnes actives dans tous les continents.

A lire
Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation

Nos partenaires