Notre expert
Prévention de l'abus sexuel dans le sport et les loisirs: quels gestes?

Il existe, dans chaque association, des contacts physiques spécifiques pour apprendre, sécuriser, corriger, montrer, etc. Il est important que les parents connaissent ces gestes spécifiques au domaine d’activité de leur enfant afin de savoir si un geste est « correct » [1]ou non.

Il y a aussi dans chaque association, des situations qui pourraient devenir délicates car elles sont tellement « habituelles » et semblent aller de soi qu’on y réfléchit plus du tout. Il est important de se questionner sur ces comportements « physiques » qui semblent « aller de soi ».  [2]

Le but d’une réflexion de ce type est de savoir :

  • que certaines situations peuvent devenir délicates,
  • quelles seraient les situations et gestes spécifiques qui pourraient devenir délicats,
  • comment agir de manière préventive pour éviter que des drames futurs ne surviennent.

Voici ici quelques exemples anodins pouvant apparaître dans n’importe quelle association (mais il en existe d’autres).

  • Mélange des âges

Outre les activités réservées à telle ou telle catégorie d'âge, les associations proposent des activités pour lesquelles des jeunes de tous âges se retrouvent ensemble. Les camps pour enfants et adolescents en sont l'exemple typique. Dans de tels camps, des adolescents et des garçons plus jeunes ou des adolescentes et des filles plus jeunes peuvent par exemple partager le même dortoir. Or, les jeux et discussions sur le thème de la sexualité sont fréquents entre adolescents/es. Quand tous les jeunes impliqués participent à ces jeux de leur propre gré (c'est-à-dire, sans se sentir obligés à cause d'une pression du groupe, ou pour se faire accepter), il n'y a pas lieu d'en faire un problème sur le plan de la protection des enfants. Cependant, des problèmes sérieux peuvent survenir lorsque des enfants plus jeunes sont incités ou obligés de participer à de tels jeux qui ne correspondent ni à leur âge ni à leur intérêt.

  • Collectivité

Le fait d’être en collectivité présente un risque potentiel, dans le sens où certains jeunes pourraient être enclins à satisfaire leurs pulsions en bravant des interdits au dépend de leurs pairs (attouchements, voyeurisme, utilisation du téléphone portable pour faire des photos à l'insu d'autres et se les transmettre de portables en portables, se montrer des images pornographiques, etc.).

  • Conflits de rôles parmi les jeunes moniteurs

Dans passablement d’associations qui proposent des activités pour les enfants, les moniteurs sont souvent à peine plus âgés que les jeunes dont ils sont responsables. Une telle situation peut engendrer des conflits de rôle : ainsi il arrive qu'il soit difficile pour des jeunes moniteurs de garder une « bonne » distance par rapport aux participants ; certains moniteurs pourraient être tentés de trop se rapprocher de certains participants.  A l'inverse, certains/es adolescents peuvent être tentés de chercher à avoir des rapports privilégiés avec certains/es moniteurs ou même tenter de les séduire ouvertement, voyant en eux un grand frère ou une grande sœur idéalisé, voire un amant. Si les moniteurs profitent de la situation pour satisfaire leurs désirs sexuels, ils se rendront coupables d'abus sexuels. A noter que ce même type de situation délicate constitue également un risque pour des moniteurs plus âgés. Quoiqu’il en soit, il appartient toujours aux moniteurs de poser les limites avec gentillesse et clarté.

  • Soins d'hygiène et relation au corps

Les soins corporels, tels que par exemple le stretching après le sport, ou le passage à la douche (en camp ou au sport), ont une place importante. Durant ces moments, des désirs sexuels (adulte/jeune, jeune/jeune, ou jeune/adulte) ou des sentiments de pudeur peuvent survenir avec la nudité ou la proximité physique. Il est important d'aborder ces points particuliers relatifs au corps et de parler de l’agencement des douches et de la manière dont on aménagera le temps des douches pour que chacun puisse se sentir à l’aise (par exemple comment faire lorsqu’il n’y a pas de cabines de douches individuelles).

  • Situations de groupe et situations duales

Certaines activités proposées se déroulent en groupe. En termes d'abus sexuels, le fait d'être en groupe présente moins de risques que le tête-à-tête. Par conséquent, il est important d'être particulièrement attentif aux responsables ou moniteurs qui privilégient régulièrement certains enfants ou qui isolent fréquemment un enfant du groupe.

Dans les sports individuels ou artistiques (tennis, gymnastique, équitation, etc.), comme dans l'enseignement d'un instrument de musique, les enfants sont en contexte dual avec un entraîneur/enseignant. La situation duale est considérée comme une situation plus exposée car les relations entre individus sont asymétriques. Le cadre intimiste « entre quatre yeux », l'intérêt positif que montre l'enseignant à son élève ou l'estime que porte l'élève à son enseignant peuvent être les prémisses d'une envie de rapprochement de la part de l’une ou des deux personnes. Il appartient toujours à l'adulte de poser les limites.

Dans les sports d'élite, l'entraîneur dispose d'un ascendant encore plus important, par exemple lors de la sélection des athlètes pour une compétition. Ainsi dans ce contexte, où l'asymétrie est très importante, le risque d'abus potentiels augmente. Il est à signaler qu'à ce niveau, les athlètes adultes courent aussi des risques.

Trois questions à vous poser (et à poser) en tant que parent ayant un enfant dans une association :

·        savez-vous si le sujet des gestes spécifiques et des comportements «qui vont de soi » ont été abordé dans le cadre de l’association de votre enfant ?

·        dans l’association où va votre enfant, quelles sont les situations et comportements qui « semblent aller de soi » sur lesquelles il serait utile de réfléchir ?

·        connaissez-vous les gestes spécifiques à l’activité de votre enfant ?



[1] Un entraîneur nous racontait que lors d’une compétition, il avait rattrapé une gymnaste par les hanches en lui touchant malencontreusement les fesses. Son but était d’éviter qu’elle se fasse mal. Les parents de la jeune fille voyant cela ont critiqué l’entraîneur car il « avait touché leur fille ». Ces parents ne savaient pas que lorsque l’on assure une gymnaste, on la rattrape souvent ‘comme on peut’…

[2] L’entraîneur qui se douchent avec les jeunes ; la mixité dans les chambres durant un camp ; mettre des enfants d’âges très différents dans les mêmes chambres ; les remarques à caractères sexistes qu’un moniteur échange avec des participants ; etc.

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires