Notre expert
Anne Jeger - Psychologue clinicienne

Question psychologique en ligne ► Notre partenaire psychologue clinicienne, répond gracieusement à vos questions concernant vos problèmes personnels et familiaux :
Posez vos questions, c'est gratuit !
Sucer son pouce, le réflexe de succion

L’enfant qui suce son pouce

Un article rédigé par notre partenaire
Anne Jeger, psychologue clinicienne.
Elle répond à vos questions si vous lui écrivez.

L’enfant qui suce son pouce a le besoin de se rassurer seul et c’est ainsi très bien le faire.

Tous les enfants ne sucent pas leur pouce. Certains préfèreront la lolette ; d’autres n’en auront pas besoin.
Le réflexe de succion apparaît déjà in utero et on peut voir l’enfant sucer son pouce sur certaines échographies. Il démarre vers 4 mois de grossesse. 
C’est grâce à ce réflexe (il en existe 4 autres) qu’il va pouvoir se nourrir une fois né. C’est donc un réflexe de survie. Sucer son pouce apporte beaucoup d’apaisement au bébé. Il l’utilise pour se calmer, et se donner du plaisir.  

«Lors de la succion, l'enfant fabrique des endorphines, notamment les béta-endorphines, les hormones les plus connues qui interviennent dans le mécanisme de la succion. Celles-ci vont apaiser sa douleur et lui procurer une sensation de bien-être», indique le Dr Pfersdorff. 


Dès qu’il doit affronter un moment de solitude ou d’anxiété, il va mettre son pouce en bouche. C’est une ressource inestimable et signe d’une bonne santé.


L’enfant peut abandonner cette habitude à différentes étapes de sa vie : lors de l’introduction d’aliments solides, lors de son entrée à l’école…A cet âge, il s’intéresse à d’autres choses, grandit, s’ouvre aux autres, s’autonomise. Il apprend à se faire confiance, à trouver d’autres substituts pour calmer ses peurs, ou l’ennui. En se comparant aux autres, il peut décider seul d’arrêter de sucer son pouce. Mais à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur il peut se remettre à sucer son pouce. Et c’est normal.

L’enfant qui apprend à marcher marchera de toute façon un jour. L’enfant qui apprend à devenir propre le sera de toute façon un jour. La majorité des enfants arrêtent de sucer leur pouce avant 10 ans. Il serait donc dommageable d’obliger un enfant à arrêter de sucer son pouce par force, contrainte, chantage, humiliation devant les autres… d’autant plus s’il est confronté à un moment douloureux dans sa vie comme la perte de son chien, la maladie d’un proche ou la séparation de ses parents. 

Comment l'aider à arrêter de sucer son pouce, si ça devient nécessaire?

Il aura besoin d’aide s’il en souffre (moqueries des autres par ex.), s’il présente des problèmes dentaires, ou s’il se met à zozoter. 

Dans ces cas :

  • Il est important de dédramatiser : « Beaucoup d’enfant sucent leur pouce, moi aussi j’ai sucé mon pouce, ou ta tante a sucé son pouce », etc.
  • De lui expliquer pourquoi on suce son pouce : pour se rassurer, pour se faire du bien, parce qu’on s’ennuie.
  • De l’accompagner avec beaucoup de douceur et de lui expliquer pourquoi ce serait peut-être le moment d’arrêter de sucer son pouce : âge, problèmes orthodontiques. Si c’est le cas, de demander au dentiste de lui en parler aussi.
    Toutefois, « les conséquences psychologiques d’un sevrage répressif sont imprévisibles, même si elles ne se voient pas. Les dents, on les maîtrise toujours, quel que soit l’âge », explique Christine Brunet, psychologue clinicienne.
  • De lui proposer un substitut comme un doudou, un tissu.
  • De lui offrir des moments d’activités manuelles comme le dessin, la pâte à modeler, la poterie, le jardinage, la cuisine…

Si l’enfant se sent écouté, respecté et accompagné, il arrivera plus facilement à arrêter de sucer son pouce. Parfois, c’est sa seule ressource et il ne faudra rien forcer. Certains adultes sucent leur pouce, et c’est comme ça!

Livres liés à cet article 
Pouce ! Alice Brière-Haquet et Amélie Grau
Lulu-grenadine ne veut plus sucer son pouce, Laurence Gillot

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires