Notre expert
SOS L’école au temps du confinement, comment ne pas craquer?

Entre le travail ou télétravail, les fiches reçues de la part des enseignants (auxquelles vous ne comprenez parfois rien), le réveil qui sonne à intervalles réguliers sans que votre ado ne parvienne à émerger... Alors votre cadette s'ennuie, mais refuse à faire la moindre fiche sans vous..., comment vous en sortir? Voici quelques idées pour que vos enfants apprennent encore.

                        
10 conseils rapides:
            

  1. Faites un planning et tentez de vous y tenir le plus possible
  2. Voyez quel travail votre enfant, ado, peut faire en autonomie. Après tout, le travail scolaire est donné à votre enfant non?
  3. Choisissez les matières pour lesquelles vous pouvez l'aider, puis tentez de trouver une personne qui peut le soutenir, par téléphone, skype, zoom, whatsapp pour d'autres
  4. Vous ne trouvez personne pour l'aider? Informez les enseignants que, malheureusement, il y a certaines tâches qui ne pourront pas être faites. Tout le monde tente de faire au mieux, avec les moyens du bord
  5. Lisez les consignes aux côtés de votre enfant, demandez-lui de les reformuler et laissez le avancer seul. Mettez un minuteur pour voir comment il avance
  6. Si votre enfant rechigne à faire toute tâche purement scolaire, encouragez-le à rester informé, à lire, à cuisiner, à bricoler, dessiner, à jouer de son instrument de musique, à regarder les émissions, reportages proposés, à continuer à utiliser et développer d'autres compétences
  7. Ne restez pas seuls, plusieurs hotlines gratuites sont à disposition des parents et des enfants
  8. Relativisez: les enseignants font aussi au mieux en ce moment
  9. Si vous ne parvenez pas à gérer, travail, télétravail, et que la scolarité créé trop de conflits... Lâchez prise. Inquiétudes, promiscuité, ennui... Ce n'est pas le moment de provoquer ou de nourrir des conflits
  10. Parfois, dites-vous, que vous n'avez pas à... culpabiliser!

                    
Pour aller plus loin:

                     
Votre enfant est bon élève, vous avez peur qu'il prenne du retard?

                    
Rassurez-vous, ces élèves, et c'est bien pour cela qu'ils font parfois rager des camarades, qui en tout temps s'en sortent scolairement ont développé bien assez de stratégies pour rattraper rapidement leur retard. L'idée pour eux serait de les encourager à maintenir certains automatismes et de continuer à les stimuler. Au pire, votre enfant aura une matière faible pour laquelle il aura besoin de soutien et vous pourrez lui proposer des cours de rattrapage lors de la reprise durant un semestre par exemple, ou alors, il compensera... grâce à ses superbes résultats dans les autres matières.

             
Votre enfant a un examen cette année?

                   
Tenez-vous régulièrement informés des décision des autorités. Certains cantons ont déjà annoncé l'annulation de certaines épreuves, par exemple, les ECR sur Vaud.
          
En attendant, ce que vous parvenez à faire faire à votre ado qui rechigne, est évidemment tout bénéfice. Aidez-le à se recentrer sur les matières principales. Les autres matières peuvent être travaillées différemment par le biais de compétences transversales: lectures, reportages, dvd, discussion en familles autour des passions, bricolages, etc.
                
Pour un ado de 15 ans, 3 à 4 heures de travail paraissent raisonnables sur une journée, si ces moments d'étude sont entrecoupés par d'autres activités. S'il fait davantage, c'est formidable, valorisez-le.
                      
Par exemple, il se lève à 10 heures, il déjeune, prend son téléphone, répond frénétiquement aux messages reçus. De 11 heures à 12 heures, il commence par la matière avec laquelle il a le plus de difficultés. Imaginons les mathématiques: il refait des exercices (et vous les montre), rafraîchit sa mémoire en relisant de la théorie, trouve un tutoriel le regarde, s'exclame même qu'il a enfin compris.
       
De 12 heures à 12 heures 30, il ne fait rien, et ce n'est pas plus mal, ne lui en voulez pas trop d'être vautré sur le canapé, le télétravail c'est dur non? Votre ado aura aussi envie et besoin de "socialiser", de parler, d'échanger avec ses pairs et c'est important. Profitez-en, un sas de décompression pour vous!
                      
De 13 heures à 14 heures, il étudie l'anglais et d'une autre manière: révision du vocabulaire, rédaction, lecture. Il peut aussi regarder sa série en anglais et s'amuser à tenter de traduire avant de remettre les sous-titrages.
              
Une pause bienvenue durant l'après-midi. Il dit s'ennuyer? Coupez court. Proposez des activités, il choisit. Si vous travaillez, lancez un coup de fil et dites ce qui est attendu. Vous n'êtes pas responsable non plus de son ennui.
               
Avant le repas du soir, il se met au français. Demandez-lui quels sont les devoirs et exigez qu'ils soient terminés avant le repas. Le français est votre point fort, vous pourrez jeter un oeil à sa rédaction, discutez avec lui du livre qu'il lit avant qu'il rende le tout à son enseignant.

                   
L'inégalité de l'école à la maison

                         
Votre enfant a des difficultés d'apprentissage, il n'a plus de suivi avec la logopédiste, l'ergothérapeute? Vous n'êtes pas francophones? Vous ne parvenez pas à comprendre ce qui lui est demandé? Vous avez vous-même des difficulté à lire, écrire? Vos compétences informatiques sont limitées? Vous êtes une famille monoparentale et vous devez encore travailler?
               
Ce sont les situations certainement les plus complexes et qui laissent nombre de parents démunis. Rester seul avec vos soucis, cette pression, est une lourde charge pour vous, parents. Partagez avec des personnes de confiance, osez vous faire aider par des professionnels encore disponibles par téléphone. Osez appeler les hotlines gratuites pour partager votre désarroi. Ne serait-ce que pour vous décharger. Cela ne permettra peut-être pas de résoudre les problèmes scolaires, mais vous revalorisera dans votre rôle éducatif et vous permettra de vous centrer sur ce que vous savez faire avec votre enfant. Quant aux enfants qui ont un trouble de l'apprentissage, ils ont souvent aussi un manque d'estime ou de confiance en eux et sont souvent très sollicités. C'est peut-être l'occasion de travailler des compétences parallèles et non axées sur l'école.
          
Et après...
                  
Quand vous retrouverez de l'énergie, assurez-vous d'anticiper et de préparer la reprise: un réseau a-t-il déjà été organisé à l'école? Est-il efficace? Comprend-il: l'enseignant principal de votre enfant, un rapport du pédiatre, du spécialiste qui le suit ou la présence de ceux-ci? Ecrivez à l'école? Y aura-t-il des plans mis en oeuvre pour aider ces enfants et familles qui n'ont pas pu faire tout ce qui était attendu ou espéré. C'est sans doute une décisions que nous attendons toutes et tous. A suivre...
            
Bonne chance à vous parents, enfants et adolescents.
           

Commentaires





Partager:
Autres adresses
A lire
Nos partenaires