Covid-19, entre déchirement et espoir

Notre expert
Anne Jeger - Psychologue clinicienne

Question psychologique en ligne ► Anne Jeger, Notre partenaire psychologue clinicienne, répond gracieusement à toutes les questions que vous vous posez concernant vos problèmes personnels et familiaux :


Posez votre question gratuite

ou par tél au 076 373 98 26
Covid-19, entre déchirement et espoir

Avant de vous partager mes réflexions sur la contamination du Coronavirus, mes pensées vont vers les personnes décédées et leurs familles, les personnes actuellement atteintes du virus, et les personnes qui les soignent et les soutiennent. Je salue le courage de chacun.

                   
Un article écrit par Anne Jeger, psychologue clinicienne

                                         
A l’heure où sonne le glas du confinement, que pouvons-nous comprendre de l’arrivée impromptue du Covid-19 dans nos vies?

Il fait des dégâts et fait bouger la terre entière. Et pour une fois dans l’histoire de l’humanité, à l’heure des réseaux sociaux, nous sommes tous en guerre contre un seul ennemi: LUI.

Nos regards sont braqués sur son évolution dans le monde et dans nos villes. Nos regards sont braqués sur les moindres signes infectieux. Nous sommes sensibles à ce qui se passe autour de nous, et peut-être tout près de nous. Plus de différences sociale et cultuelle: il touche tout le monde.

Le sujet tourne en boucle. Il est obsédant car il fait peur.

Chercher du sens à tout cela, ou en tout cas tenter d’y mettre du sens, peut aider à se distancer et à prendre de la hauteur, comme si nous montions dans une montgolfière.

Regarder de haut ce qui se passe sur la terre. Notre terre-Mère qui a des choses à nous dire et qui s’exprime depuis des années à travers les catastrophes naturelles, qui veut nous rendre conscients de sa lente et inéluctable disparition. Il a fallu les tremblements de terre, les tsunamis, la fonte des glaces, les inondations, les ouragans, et récemment les incendies en Australie. Rien n’y fait. Il a fallu l’intervention d’une enfant, Greta, qui du haut de ses 15 ans a interpellé les plus grands chefs politiques et le monde entier sur le réchauffement climatique et ses conséquences à terme.

Il a fallu beaucoup de mises en garde. Et c’est un virus invisible à l'oeil nu, de 100-150 nm, qui fait arrêter la terre de tourner.

Au-delà des restrictions nécessaires, que pouvons apprendre de cet évènement qui nous bouscule et bouleverse nos habitudes et nos certitudes?

Nous voilà obligés d’être ensemble, réunis dans nos appartements ou nos maisons avec tous les membres de nos familles. Pour plusieurs jours. Alors que la plupart des gens passe leur temps à courir, stresser, anticiper, organiser, calculer, acheter, jeter, encore acheter, travailler, beaucoup travailler, prospecter, vendre..., le virus nous arrête dans ce tourbillon de la vie qui nous rend esclaves du temps qui passe vite. Trop vite pour certains qui, à force de courir, passe à côté de leur vie.

N’est-ce pas le moment de ralentir son rythme, de s’arrêter enfin, et ainsi voir, entendre, toucher, sentir ce qui passe à côté de soi. Pendant quelques secondes regarder le ciel, sentir l’odeur d’une fleur, caresser son chat... Tous ces moments expérimentés en conscience sont des instants d’éternité.

Revenir à l’essentiel, lever la tête, prendre du recul, regarder sa vie, prendre du temps pour réfléchir à son sens, ses valeurs profondes, ses croyances. S’arrêter. Silence. Sentir la vie. Sa vie. Se rencontrer. Puis rencontrer l’autre: son conjoint-e, ses enfants, passer du temps à échanger, jouer, rire!

Apprendre à se re-connaître, à se connecter à son intériorité. Se sentir respirer. Sentir le souffle de la vie qui circule en nous naturellement et qui nous rend vivants.

Ce virus vient nous transmettre un message fondateur: la vie ne tient pas à grand-chose. Nous, êtres humains, ne pouvons pas réussir à tout contrôler, tout réparer ou tout détruire. Il y a plus fort que nous. La sagesse serait d’apprendre cette leçon d’humilité et d’humanité.

En ces temps incertains, beaucoup de solidarité et de générosité se déploient. Pourvu qu’elles tiennent.

En ces temps incertains, la nature a repris le dessus, l’eau des canaux de Venise est redevenue claire. Des milliers d’oiseaux se sont installés en ville et le ciel est limpide. Il est bleu en Chine. Les animaux et la nature respirent! Pourvu que ça dure.

Et il y aura encore plein de changements et aussi des ajustements à faire pour trouver de nouveaux repères familiaux et professionnels.

Et peut-être nous rendrons-nous compte que la famille, c’est important; qu’être ensemble c’est important; et que travailler depuis la maison pourrait aider à endiguer le problème du burnout, de la pollution... Qui sait?

La peur fait bouger. Bouger fait évoluer les consciences. Evoluer fait grandir. Grandir donne envie de faire des choix salutaires pour notre vie et pourquoi pas, pour notre planète!

Prenez soin de vous et des vôtres.

Commentaires





Partager:
Nos adresses préférées

> Lausanne

Tiziana Mazza, psychologue

Tiziana Mazza, psychologue-psychothérapeute FSP
Consultation individuelle, couple, famille, adultes, enfants et adolescents

Autres adresses
A lire
Nos partenaires