L'adolescence: Quelle autorité, quelles libertés?

Notre expert
L'adolescence: Quelle autorité, quelles libertés?

Quelle autorité et quelle liberté pour l'adolescent? Cette question se pose énormément à l'adolescence, mais comme il n'y a pas d'adolescent qui n'ai été enfant, ni de parent qui n'ai été enfant, j'aimerais commencer par l'histoire naturelle du développement de l'autonomie dans la relation parents/enfants.

Résumé d'une conférence animée par le Dr N. Frenck,
pédiatre FMH, thérapeute de famille.

Développement de l'autonomie dans la relation parent/enfant

Le 1er pas du développement de l'autonomie est l'attachement
plus celui-ci sera fort, plus l'autonomie pourra avoir lieu. Cette base du lien affectif entre l'enfant et le parent, n'est pas instantané: sa construction commence à l'arrivée de l'enfant: une adaptation réciproque va se faire (sourires de la maman, gazouillis du bébé,.. )
Sur cet attachement, l'enfant pourra créer une sorte de plate-forme sur laquelle il va bâtir d'autres choses.

Le 2ème pas du développement de l'autonomie est la séparation
l'enfant peut commencer à accéder à l'autonomie en se séparant des parents, en mettant de l'espace entre lui et ses parents. L'enfant commence par aller au lit, dormir chez un copain... Aller dormir ailleurs développe un certain nombre de compétences. La séparation permettra à l'enfant de créer cette capacité de nouer des relations avec d'autres adultes.

Trop de protection
Certains parents ont une attitude trop protectrice vis à vis de leur enfant: grossesse très attendue, l'enfant très faible... La phrase "dresse les voiles...mais reste au port" est assez significative des excuses données par les parents pour garder leur enfant: Il est trop petit pour, il est trop jeune pour...
Cette attitude empêche le développement de l'autonomie car l'enfant reçoit alors des messages décourageants. 

Conséquences négatives du manque d'autonomie de l'enfant

  • L'enfant a des problèmes pour se séparer de sa mère.
  • La mère se préoccupe trop du corps de l'enfant, d'où trop de consultations chez le pédia tre ou le médecin.
  • Ce manque d'autonomie développe chez l'enfant une piètre estime de lui-même: il ne développe pas assez ses compétences. Or la compétence est la parallèle de l'autonomie.
  • L'enfant devient très dépendant et provocateur (la provocation crée une distance dont l'enfant a besoin) et casse-pied car il est trop attaché à sa mère.

La séparation passe par le processus d'inviduation
Le "Je Individu" permet de dire je suis x ou y et est très important. L'enfant passe de l'hétéronomie: "on me donne d'abord des règles pour fonctionner" à l'autonomie: "Je me donne des règles pour fonctionner".
C'est la différence entre l'enfant qui apprend à se conduire et l'enfant qui se conduit seul. Quand on conduit l'enfant, il applique les règles de ses parents. Quand il devient autonome, il va chercher dans sa mémoire ses propres règles et les applique.

Le Je  => Moi individu édicte mes propres règles => Autonomie.
S'il ne s'habitue pas à chercher ses propres règles, son autonomie est compromise.

Le 3ème pas de l'autonomie est la maîtrise
Quand l'enfant commence à faire des choses, il veut les faire encore mieux et il s'entraîne pour cela: grimper et regrimper sur le sofa... Il fait des efforts pour atteindre cette maîtrise et accéder ainsi à l'autonomie.

Je  => Moi individu => Autonomie=>Maîtrise => Indépendance et liberté. L'enfant a une soif d'indépendance et de compétence. Il arrive à l'indépendance grâce à la compétence et à la maîtrise et cette indépendance correspond à la liberté. "La liberté consiste à se déterminer soi-même": je ne veux pas que vous me forgiez, je veux me faire moi-même: c'est la vraie liberté.

Mais cette autonomie ne vient pas seule. Elle est tributaire de 2 forces qui sont toujours présentes: le désir et la peur de l'autonomie: les enfants testent en demandant l'autonomie. 
Mais ils ont en eux 2 types de forces qui s'opposent:

<= Les forces "familifuges" qui poussent à grandir, à partir...
=> Les forces "familipètes" qui poussent à rester petit, dans ma chambre...
<= Ces forces sont opposées: on part/on reste

 

Acquérir l'autonomie: persévérance pour acquérir la maîtrise qui conduira à l'autonomie.

Il y a 2 types de persévérance:

  • une persévérance encouragée par les parents (construction d'un puzzle,...)
  • Une persévérance découragée (ouvrir la porte du four...)

L'enfant peinera à comprendre l'attitude de ses parents contraire à son désir de maîtrise. Même chose pour l'enfant plus grand.
Or nous devons tenter de le comprendre si nous voulons qu'il nous comprenne. Ce processus de compréhension réciproque est la pierre angulaire dans la construction d'un dialogue franc, efficace, nécessaire et indispensable pour l'autonomie.

Le conflit avec l'enfant ou l'adolescent
Le conflit provient de la frustration de ne pas pouvoir faire mieux. Au moment de l'adolescence le conflit n'est pas obligatoire, mais il peut être souhaitable car il permet la séparation, indispensable à l'autonomie, en permettant de créer une distance avec l'autre.

Sur quels terrains se le conflit?
Chez le petit, la confrontation se fait sur celui de la nourriture, du sommeil, de la propreté, de l'exploration.
Chez l'adolescent, elle se fait également sur ces terrains là! La nourriture (boutons/acnés), sommeil (couchers tardifs), propreté (pas assez régulier sous la douche), exploration/permissions.
L'enfant a des désirs et des droits et le parent aussi. D'où des conflits d'intérêts où il faudra négocier. Notre devoir d'adulte responsable est de créer une hiérarchie claire et explicite pour avoir le droit de mettre des limites/points de repère.

Points de repère - Limites

Je préfère utiliser le mot Point de repère
Quand il pose des limites, l'adulte dresse un mur infranchissable. L'action vient de l'adulte vers le jeune.
Quand il donne des points de repère, l'adulte envoie à l'enfant des signaux pour qu'il se conduise d'une certaine façon en regardant ses règles internes et les points de repère venus de l'extérieur. C'est toute la différence qu'il y a entre l'enfant dressé et l'enfant éduqué. La mise en place de points de repère peut entraîner une lutte de pouvoir. Pour l'éviter on doit créer une hiérarchie claire: les parents sont des adultes responsables et les enfants sont sous leur protection, sous leur encadrement.

Les points de repère doivent être clairs
Il y a ce qui est permis, ce qui est défendu, ce qui est obligatoire, ce qui est dangereux.
Si ces points essentiels ne sont pas clairs, il y a contestation et guerre. Mais trop de points de repère est également néfaste.

Comment l'enfant ou l'adolescent décode ces points de repère ?

Ils doivent être:

  • Compréhensibles: employons des  mots qu'il comprend. Ils doivent être consistants et explicites, c'est à dire logiques et accessibles à l'enfant. Ils doivent être dit clairement d'une voie convaincante car on est convaincu du point de repère qu'on donne.
  • Sélectifs: pas plus de 2 ou 3, les autres se tisseront autour.
    Ne pas les gaver de points de repères. Sélectionnez les plus importants pour aller plus loin.
    Lorsqu'on édicte une règle, utilisons une démarche positive et bienveillante en soulignant le comportement qu'on désire, plutôt qu'en signalant le comportement indésirable.
    Et faisons évoluer les points de repère avec l'évolution de la famille.

 

L'autonomie du couple

Elle facilite l'autonomie de l'enfant. Le couple conjugal doit être autonome sinon les enfants feront fonctionner leurs parents en tant que couple parental.
Les parents doivent aider l'enfant à partir, ni trop tôt, ni trop tard et l'aider à préparer son départ.

Le départ de l'enfant devenu grand

Faux départs: l'enfant ne part pas car il sent que s'il part, il casse quelque chose: le couple conjugal ne fonctionne plus et l'enfant "protège" ses parents.
Or il ne doit s'occuper que de lui et pas du problème de ses parents.
C'est la même chose dans les familles à fonctionnement monoparental: les conflits relèvent souvent du domaine conjugal et non plus parental. Or, il est fondamental que l'encadrement parental existe et que la hiérarchie parents/enfants soit respectée.

Partir sans jamais partir avec le téléphone qui devient un cordon ombilical

Partir en coupant tout, ce qui est une détresse car l'adolescent ne peut revenir à sa base de départ.

Si on ne négocie pas bien le départ de l'enfant, cela peut entraîner des problèmes avec le corps (enfants anorexiques...) Les parents vont alors s'occuper de l'anoréxique comme d'un bébé, ce qui plonge la famille 15 ans en arrière.

Il n'y a pas d'individuation de l'adolescent s'il n'y a pas autonomie du couple et de chacun des membres de la famille. On parle alors de co-autonomie et de co-individuation et de co-évolution.

Respect réciproque
C'est par la négociation dans le respect réciproque que la relation d'affrontement peut se transformer en relation de coopération. Ce n'est pas parce que c'est un enfant qu'on ne doit pas verbaliser le respect qu'on a pour lui. Il doit respecter ses parents et les parents doivent le respecter.
Attention au faux respect (peur du père par exemple). Cette négociation dans le respect doit amener à faire confiance au jeune. Les enfants ont besoin d'avoir un crédit de confiance mimimum. Et le respect est un crédit de confiance. Je te fais confiance mais j'ai des garanties en retour: obéissance sur l'heure de rentrée le soir par exemple.

Notion de négociation: les 2 personnes sortent gagnantes. Dans le marchandage, ce n'est pas le cas. Dans un marchandage avec un ado, les ado sortent toujours gagnants.

En conclusion, la négociation, le respect réciproque, le crédit de confiance avec garantie en retour sont les éléments qui permettent aux adolescents et aux parents d'acquérir leur autonomie, construire leur indépendance car l'indépendance se construit dans une liberté heureuse.

Questions autour de l'autorité et de de la liberté

1) Qu'entendez-vous par respecter un enfant?
Le ton pour lui parler, tenir compte de ses besoins (un enfant de 17 ans peut se coucher plus tard le samedi soir)...

2) Comment dialoguer avec un enfant majeur qui porte sa majorité comme un étendard?
C'est le paradoxe entre l'indépendance et la majorité à 18 ans. Il doit lui-même se convaincre qu'il a 18 ans et tout ce que ça implique mais il a du mal à le croire car il est encore chez ses parents.

3) Est-ce que les rapport enfants/enfants d'âges différents vivant dans la même chambre peuvent interférer dans cette acquisition de l'autonomie?
Il y a des interférences certaines au sein de la fratrie qui accélèrent l'autonomie, mais le fait qu'ils soient dans la même chambre ne changera pas la hiérarchie entre eux, ni leur propres règles de fonctionnement. En règle générale, il n'y a pas d'exploitation d'un frère par un autre: il y a des arrangements, des ajustements, des négociations... Dès qu'on dit aux enfants: je vous fais confiance pour faire telle ou telle chose, la règle de compétence entre eux fonctionne.

  

4) Que faire quand un adolescent ne respecte pas ses parents?
Il faut bien expliciter le respect et dire qu'on est vraiment pas du tout d'accord s'il y a manque de respect. Il faut être très au clair avec l'histoire de la lutte de pouvoir.
Et il faut toujours conserver la notion de hiérarchie parent/enfant pour ne pas se trouver sur le terrain de l'enfant.
On peut expliquer à l'enfant: je te lave, je repasse ton linge, je te nourri: c'est une belle marque de respect. S'il y a déficit de respect, je peux ne plus te laver ton linge ou te le repasser ...

  

5) Vous avez dit que s'il y a un trop grand attachement, il n'y a pas d'autonomie: n'est-ce pas en contradiction avec les choses dites précédemment ? 
Non car plus le lien affectif est clair et palpable, plus l'enfant peut se permettre de tester l'autonomie. Plus l'attachement est clair, plus l'enfant sera autonome. Mais s'il y a trop d'attachement, il n'y a plus assez d'espace entre le parent et l'enfant et il n'y a pas d'évolution possible.
 

6) Vous avez dit qu'une Maman est plus à même de diriger sa fille. Oui mais le père sait ce qui attend sa fille.
Je suis d'accord, mais le père ne connait pas forcément les compétences de sa fille et le père connait mieux celles de son fils. Le père apporte l'idée de complicité dans l'accession à l'autonomie.
  

7) Quand commence l'adolescence?
Au moment de la puberté, il y a le début de la mise en place de quelque chose qui apporte souffrance et incertitude car il y a beaucoup de questionnement et de recherche de son identité par rapport à celle de la famille et par rapport à celle du groupe: l'adolescent doit faire partie du groupe mais en même temps s'individuer. L'autonomie implique le deuil de beaucoup de choses d'enfants et les parents doivent les soutenir car c'est un passage difficile.
  

8) Comment faire quand l'enfant que nous avons adopté à 4 ans a manqué de cette période d'attachement nécessaire au développement de l'autonomie?
Il faut le verbaliser: tu as manqué d'amour pendant x années, mais depuis que nous t'aimons, tu as eu le temps de te construire. L'attachement commence pour lui au moment où on l'a accueilli. Mais quand l'adoption est tardive il faut alors fabriquer un roman familial pour combler ce vide.
 

9) Que faire quand il y a mensonge et insolence de l'adolescent?
Le prendre à contrecourant. Si on lui dit: tu m'as menti et je suis blessé, alors là on est cuit.
En revanche, si on lui dit, en sachant très bien que lui sait qu'on sait: je suis heureuse que tu ne m'aies pas menti alors il se sentira déstabilisé.
 

10) Pouvez-vous préciser ce que vous entendez comme différence entre points de repère et limites:
Les points de repère sont sélectifs et variables selon les familles.
Ce sont les éléments nécessaires pour que la confiance puisse grandir. Ils sont à court terme car l'enfant grandit et ils doivent évoluer avec lui. C'est l'enfant qui se sert de ces points de repère comme aide pour décider lui-même de la façon dont il va se conduire.
La limite est un mur infranchissable et il ne peut pas aller plus loin. La limite est valable pour les choses dangereuses (ne pas se pencher par la fenêtre,...) mais pour le reste il vaut mieux utiliser des points de repère.
 

11) Comment faire pour que les adolescents ne se laissent pas embobiner par l'alcool ou la drogue?
Ceux qui se laissent embobiner ont une part active dans l'embobinage. C'est un phénomène de groupe auquel l'enfant adhère pour en faire partie.

12) Comment faire si l'ado veut tout le temps dépasser la ligne blanche?
Le laisser aller, les parents sont là comme consultants. Mais il faut calculer son risque. Et puis il faut beaucoup relativiser les choses.

13) Comment réagir avec un enfant qui ne se permet pas de faire des erreurs et qui se raconte des histoires pour se cacher à lui-même qu'il a fait une erreur?
Cette attitude peut être transmise par la famille. L'enfant se construit le scénario qu'il y a une attente de la famille. Attention à la différence entre le discours et la consigne qu'il s'est donné en copiant son comportement sur celui de quelqu'un de la famille. Il faut beaucoup dialoguer avec l'enfant.

Commentaires





Partager:
Nos adresses préférées

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Lausanne

Cécile Vuillemin - Psychologue FSP
Cabinet Mots pour Maux

Psychologue FSP/ASPEA spécialisée, je propose un soutien psychologique pour les enfants, les adolescent.e.s et les jeunes adultes ainsi que du coaching parental. J’anime aussi des ateliers d’écriture à destination des jeunes.
Bilan psychologique - Bilan émotionnel et affectif.
Accompagnement psychologique lors de handicap. Accompagnement de l'enfant et/ou du-des parents.

> Lausanne

Coach et Vie

Coach de vie: Coaching individuel et de couple, famille.
Coaching personnel et professionnel, parental, familial, successoral, adultes/adolescents dès 16 ans.
Coaching professionnel: Gestion de carrière, gestion des émotions, motivation, difficultés au travail, gestion et modération des conflits au travail, harcèlement et mobbing au travail

> Cugy - Lausanne

Formation en Psycho-Sexologie Positive - FPSP

Formation sexo. Perfectionnement professionnel en thérapie conjugale et sexuelle: Psycho–Sexologie Positive (FPSP).

Vous trouverez sur le site la présentation complète de la thérapie sexuelle positive et de la thérapie conjugale positive.

Ces deux formations sont accrédités par l’ordre des psychologues du Québec, par Santé publique de Belgique et en voie d’accréditation par des organismes français et suisses.
Elles ont lieu chaque année à Lausanne, à Paris, au Québec et à Bruxelles.
Ces deux formations peuvent aussi être organisées dans votre milieu, sur demande.

> Bruxelles - Lausanne

Iv Psalti. Sexologue, auteur et conférencier

Iv Psalti est créateur de la formation en Psycho Sexologie Positive.
Sexologue, auteur, conférencier et formateur en sexologie, il est Docteur en Sciences Biomédicales.

> Suisse romande

Ligne d'aide et d'écoute des enfants, des jeunes et des parents - 147

La ligne d'aide 147 de pro juventute dispense des conseils gratuits aux enfants et aux jeunes qui se trouvent en situation difficile. Par téléphone ou par SMS le n° 147 fonctionne 24h/24 et 7j/7 dans toute la Suisse, dans les 3 langues nationales. Confidentialité et gratuité garantie.

Un partenariat entre Projuventute et des permanences qualifiées.

> Petit-Lancy

Réseau de soins Delta
Partenaire des caisses maladie
pour leur contrat Médecin de famille

Soins - Prévention - Promotion de la Santé.
Avec les médecins, psychologues et thérapeutes du Réseau DELTA, vous profitez d'une approche individuelle soutenue par toute une communauté de pratique.

> Lausanne

Tiziana Mazza, psychologue

Tiziana Mazza, psychologue-psychothérapeute FSP
Consultation individuelle, couple, famille, adultes, enfants et adolescents

> Lausanne - Paris - Lyon - Québec

Yvon Dallaire, psychologue et auteur

Créateur de la formation en psycho sexologie positive. Spécialiste du couple - Consultations conjugales - Conférences - Formations

A lire
Nos partenaires