Notre expert

La ville est leur terrain de jeu

Les sports urbains ont la cote auprès des jeunes citadins en quête de liberté et de nouveauté.

Sur leur skate ou chaussés de leurs rollers, ils dévalent les rues, se jouent des trottoirs et des obstacles. Les piétons se rangent sur le côté et n’ont même pas le temps d’apostropher ces gamins qui sont déjà loin et hors de portée de voix. Que ce soit le skate, le roller, la trottinette, le BMX, le parkour, les sports dits « de rue » procurent sensations et adrénaline.

« Beaucoup aiment s’approprier l’asphalte de la ville, reconnaît Diego Luppi, responsable événements et animateur à l’association La Fièvre qui gère le skatepark de Lausanne. Ces sports sont très libres et cool. On se sent un peu différent en les pratiquant. »

A la fois spectaculaires et physiques, ils offrent un espace bien plus vaste qu’un terrain de foot, un tatami ou une piscine. Pour ceux et celles qui veulent faire rimer style, fun avec sécurité, des skateparks sont à leur disposition. « Les jeunes s’abonnent à l’année, viennent aux entraînements et aussi quand ils le souhaitent en dehors », rajoute M.Luppi.

Transformer la ville en salle de jeu est devenu à la mode. Popularisé par le film Yamakasi en 2001, le parkour conjugue technique et art du déplacement pour se jouer des éléments urbains. La slackline, sangle tendue entre deux arbres dans un parc, le street workout, atelier de musculation en plein air sont aussi des loisirs sportifs récents qui connaissent du succès depuis les années 2000, grâce notamment aux réseaux sociaux.

Show devant
Urbanité et créativité vont bien ensemble. Moins encadrés que les sports traditionnels, on skate, on ride, on trace selon l’inspiration. « Chacun peut avoir son style, ses propres figures, sa petite touche personnelle », observe M.Luppi. La décontraction affichée des sports de rue enlève-t-elle pour autant toute rivalité entre leurs adeptes ?

« On progresse même si on n’a pas envie de faire de compétition, relève Diego Luppi. Ces sports vous ouvrent davantage au partage et à l’échange. »

Parce qu’il y a toujours un bout de trottoir où faire glisser sa planche, un arbre où accrocher sa sangle, ces activités ont changé les codes. Shows, animations, initiations, les manifestations organisées par plusieurs villes suisses montrent au grand public toute la vitalité et le potentiel de ces pratiques. « Dans les pays de l'Est ou aux Etats-Unis, ces sports sont très développés, note M.Luppi. Ici en Suisse, ça bouge un peu même si on en est encore aux sports de base comme la course à pied ou le ski. » Pas de doute que le skateboard va cartonner un peu plus auprès des jeunes en devenant discipline olympique aux prochains JO de Tokyo en 2020. « Nous assurerons un spectacle pour la cérémonie d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques de la Jeunesse, à Lausanne en 2020 », annonce de son côté M.Luppi. Connectés à leur époque, les sports urbains apportent de la fraîcheur, de l’originalité et parlent aux nouvelles générations.

François Jeand’Heur

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires