Notre expert
Au secours, on va au musée!

Aux enfants qui ne s’y sentent pas libres, aux parents qui ont peur de se faire remarquer, les musées proposent désormais des activités  culturelles plus ludiques et plus amusantes.

Le week-end «En famille aux musées» est un moment privilégié de découverte pour les parents et les enfants.
Ensemble, ils franchissent la porte des édifices, découvrent les œuvres et participent aux activités, aux animations qui leur sont spécialement réservées.

« Chaque année, chaque musée prépare un atelier spécifique en fonction de ses collections, indique Jennifer Genovese, secrétaire de l’Association des Musées de la Riviera vaudoise. En une heure, le visiteur petit ou grand va faire une toile à la manière de ou façonner un objet, un vase. En créant lui-même, il apprend quelque chose de manière différente. »

Au Musée Jenisch, à la Villa Le Lac Le Corbusier, au Château de Chillon, ce qui compte c’est de vivre une expérience unique. « Par exemple, ce qui plaît beaucoup aux familles sur la Riviera vaudoise, c’est le chemin de fer Blonay-Chamby et son musée, note Mme Genovese. Vous circulez en locomotive de la gare au dépôt, vous approchez de près les machines, vous êtes acteur de votre visite. »

Pâkomuzé, la Nuit des Musées, les Journées européennes du patrimoine sont d’autres rendez-vous qui visent un public familial. « En proposant un programme où l’on est plus actif et plus créatif, les musées attirent les parents qui veulent sensibiliser leur enfant à l’art, aux sciences, à la musique », relève Myriam Valet, médiatrice aux affaires culturelles du Canton de Vaud, à Lausanne. De quoi décider les familles qui n’osent pas ou qui n’ont pas l’habitude de fréquenter ces lieux.

       
S’amuser au musée

Une certaine image austère et rigide colle encore aux musées. « Selon leurs habitudes de fréquentation, certaines personnes se font l’idée d’un endroit sacralisé où on ne peut pas bouger ni parler, observe Laurence Caillaud, rédactrice en chef adjointe des magazines d’art Le Petit Léonard et Olalar, destinés aux 4-7 ans et aux 7-13 ans.

Les musées ont changé et offrent de plus en plus d’activités pour les plus jeunes. C’est une façon de leur montrer le plus tôt possible que ce n’est pas forcément un espace impressionnant. » Au-delà de la visite guidée classique, les musées misent depuis quelques années sur les médiateurs culturels pour rendre leurs collections plus vivantes et plus attractives. « Il y a les visites flash, d’une demi-heure maximum qui s’adressent aux plus jeunes, autour d’une œuvre ou d’un objet, mentionne Mme Valet. Le musée peut aussi inviter un conteur, organiser une enquête, un jeu de piste dans les salles. Il devient un lieu où on apprend des choses en s’amusant, en ayant du plaisir. »

Pour l’intéresser à l’héritage culturel en tout genre, pourquoi ne pas commencer par les musées scientifiques ou d’histoire, moins intimidants que les musées d’art. « On peut profiter d’une leçon sur les Gaulois, sur l’Egypte, sur le Moyen Age pour visiter un musée, un château et voir comment on vivait à l’époque, avance Mme Caillaud. Pour réussir leur visite, les parents peuvent s’appuyer sur les documents, les tablettes numériques, les audioguides que les établissements mettent à leur disposition. » Eveiller la curiosité de ses enfants, c’est bien, veiller à ce que la visite ne soit pas trop longue et ne dépasse pas leur capacité d’attention, c’est mieux.

Au musée, la connaissance n’est pas forcément nécessaire et en faisant confiance à leurs propres goûts, à leurs émotions, les parents donnent aux enfants l’envie de s’approcher des œuvres, de s’y arrêter quelques instants et de se laisser simplement émerveiller.

François Jeand’Heur

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires