Anne Jeger

Anne Jeger, Psychologue - Lausanne - Enfants et adultes

Anne Jeger
Psychologue FSP/AVP - diplômée en psychologie clinique
Place de la Riponne 3 – 1005 Lausanne  - 076 373 98 26
jegeranne@hotmail.com

Membre de la Fédération Suisse des Psychologues (FSP)
Membre de l’Association Vaudoise des Psychologues (AVP)

 

Lorsque les enfants vivent avec des critiques, ils apprennent à condamner. L’hostilité, ils apprennent à se battre. Le fait d’être ridiculisé, ils deviennent timides. La honte, ils se rendent coupables. La tolérance, ils apprennent la patience. Des encouragements, ils apprennent la confiance. La sécurité, ils apprennent à croire. L’approbation, ils apprennent à s’aimer. L’acceptation et l’amitié, ils apprennent à trouver de l’amour dans le monde.

Dorothy L.Nolte
   

Mon parcours
Anne Jeger, psychologue

 En France

Jusqu'en 1999, travail auprès:

    • d’enfants et d’adolescents victimes de violence (France et Pérou)
    • d’adultes handicapés
    • de jeunes adultes en insertion socioprofessionnelle et recherche-action sur leur santé
        
En Suisse, à Lausanne 

 En association
Jusqu'en 2004, travail au sein d'une fondation:

    • accompagnement d'enfants, d'adolescents et de familles confrontés à un deuil, à la maladie grave d'un proche, à une séparation/divorce - gestion des traumatismes (EMDR)

    • conception de programmes innovants de soutien des personnes face aux ruptures
        

 En cabinet privé

 Collaborations

    • Avec le site www.lafamily.ch
      Anne
      Jeger écrit des articles pour Lafamily
        
    • Autres collaborations régulières
      Avec la presse tels que: Fémina, Edelweiss, 24h, Babymag, Idée Suisse, Wellness et Santé, Bilan, le Temps, Journal Migros, l'Hebdo, etc.
      Elle est intervenue à plusieurs reprises à la télévision sur des sujets touchant aux enfants et à la famille.
      Elle a participé à l’écriture collective d’une brochure sur l’infertilité « Quand le corps dit non…que dit l’esprit ? ».
      Catalogue des sources et ressources.

 

Mon approche

J’ai une approche globale de la personne qui respecte à la fois son corps, son cœur (le centre de l’être) et son esprit. Je tiens compte de sa personnalité, son développement, son rythme, son âge, ses ressources.
Ma formation analytique initiale s’est enrichie de techniques spécialisées qui constituent un ensemble d’outils non exhaustifs adaptés à la personne.
Ma pratique se veut empathique, dynamique et stimulante.

Les rencontres sont basées sur la spontanéité et la créativité de la personne que j’accompagne. Elles respectent ce que celle-ci décide d’investir dans ce travail et ce cheminement personnels.

Favoriser l’estime de soi et la confiance en soi est à la racine de mon travail.

Je reçois des adultes, des adolescents et des enfants.
  

 Le travail avec l’adulte

Il vise également la valorisation des ressources.
Les premières séances sont axées sur la mise en mots de la difficulté rencontrée qui génère souffrance et questionnements, et permettent ainsi d’élaborer un projet thérapeutique qui rend l’approche active.

«Tout ce dont tu as besoin, tu l'as en toi, qui attend d'être reconnu, développé et qui attend de sortir.
Un gland contient en lui un chêne puissant.
Tu contiens en toi un énorme potentiel».
E.Caddy

 Le travail avec les enfants et les adolescents

J'utilise divers outils servant de support d’expression:

 Les balles-émotions, le photo-langage, le bac à sable, le jeu de rôle, les métaphores, le chemin de vie, le dessin, les histoires, le mouvement dans l'espace, la pâte à modeler et les marionnettes pour les plus jeunes.

 La parole est l’un de ces outils mais il n’est pas toujours le premier.

Dans un premier temps, mon travail est d’amener l’enfant ou l'adolescent à prendre conscience de ses difficultés, démarche nécessaire pour investir les rencontres. Il est l’acteur principal de son mieux-être. Je suis un guide. C’est ensemble que nous cheminons. Au moyen des outils énoncés plus haut et s’appuyant sur ses propres ressources, l’enfant va peu à peu prendre confiance en lui et apprendre à quelles ressources faire appel pour aller mieux. Celles-ci existent déjà ou se cherchent comme un trésor (…) Cette démarche exige une totale confiance mutuelle et un désir profond d’affronter et de dépasser la ou les difficultés présentées (…) Il est indispensable que la famille soit partie prenante de cette démarche. D’une part parce que l’enfant se sent ainsi soutenu et reconnu dans sa souffrance ; d’autre part, parce qu’il arrive que l’enfant soit porteur d’un malaise familial . A.J

 

 Ma philosophie

Anne Jeger, psychologue enfants et adultes à Lausanne

Certains regardent la vase au fond de l’étang et d’autres contemplent
la fleur de lotus à la surface de l’eau.
ll s’agit d’un choix.
Le Dalaï–Lama.
  

Je crois que toute personne peut prendre un chemin de croissance parce que toute personne a des ressources. Le tout est de les connaître, les apprivoiser, les faire siennes et les utiliser pour être acteur de sa vie.
Vivre est une naissance qui nous habite. Accoucher de sa propre vie, c’est accepter de ne pas rêver à celle d’un autre, c’est dire oui à qui je suis.
A.J. 

Ce ne sont pas les années qui pèsent le plus,
mais tout ce qui n’a pas été dit, tout ce que j’ai tu et dissimulé.

Je ne savais pas qu’une mémoire remplie de silences et de regards arrêtés
pouvait devenir un sac de sable rendant la marche difficile.

Tahar Ben Jelloun 
     

Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance... 
Khalil Gibran. 


Ce qui m'inspire

   
Règles pour être humain.

1. Un corps t’a été donné.
Tu peux l’aimer ou le détester, mais ce sera le tien pour toute la durée de cette vie.
 
2. Tu vas apprendre des leçons.
Tu es inscrit(e) dans une école informelle à plein temps appelé « Vie ». Chaque jour, tu auras l’occasion d’apprendre des leçons dans cette école. Tu pourras aimer les leçons, ou penser qu’elles sont idiotes ou sans pertinence.
 
3. Il n’y a pas de fautes seulement des leçons.
La croissance est un processus d’essai et d’erreur : l’expérimentation. Les expériences « ratées » font tout autant part du processus que celles qui réussissent.

4. Une leçon sera répétée jusqu’à ce qu’elle soit apprise.
Une leçon te sera présentée sous diverses formes, jusqu’à ce que tu l’apprennes.
Quand tu l’auras apprise, tu pourras passer à la leçon suivante.

5. Apprendre des leçons ne finit jamais.
Il n’y a pas de partie de Vie qui ne contienne de leçon. Si tu es en vie, il y a des leçons à apprendre.

6. «Ailleurs» n’est pas meilleur qu’«ici ».
Quand ton «ailleurs» est devenu «ici», tu obtiens à nouveau un autre «ailleurs» qui à son tour te semblera meilleur qu’ «ici».
 
7. Les autres sont essentiellement des miroirs de toi-même.
Tu ne peux aimer ou détester quelque chose chez autrui que si ce quelque chose reflète une chose que tu aimes ou que tu détestes en toi.
  
8. Ce que tu fais de ta «Vie» dépend de toi.
Tu as tous les outils, toutes les ressources dont tu as besoin. Ce que tu en fait dépend de toi. Le choix t’appartient.

9. Tes réponses sont en toi.
Les réponses aux questions de la « Vie » sont en toi. Tout ce qu’il te faut, c’est regarder, écouter et faire confiance.

10. A mesure que tu t’ouvres à cette confiance, tu te souviendras de plus en plus de tout ceci.

Auteur inconnu
  

Anne Jeger, psychologue à Lausanne, enfants et adultes

La douleur c'est comme un corps étranger. On finit par fabriquer une coque pour ne plus sentir.

Mais on ne peut pas guérir de ce qu'on ne sent pas... 


Grégoire Delacourt

 

Nos partenaires